Informations générales sur les brevets

0
1356

Informations générales sur les brevets

par USPTO



Fonctions de l’Office des brevets et des marques des États-Unis

L’Office des brevets et des marques des États-Unis (USPTO ou Office) est une agence du Département du commerce des États-Unis. Le rôle de l’USPTO est d’octroyer des brevets pour la protection des inventions et d’enregistrer des marques. Il sert les intérêts des inventeurs et des entreprises en ce qui concerne leurs inventions et leurs produits, ainsi que les identifications de service. Il conseille et assiste également le président des États-Unis, le secrétaire au Commerce, les bureaux du ministère du Commerce et les autres organismes gouvernementaux pour les questions concernant tous les aspects nationaux et mondiaux de la , la classification et la diffusion de l’information en matière de brevets, l’office promeut le progrès industriel et technologique du pays et renforce l’économie.

En s’acquittant de ses obligations liées aux brevets, l’USPTO examine les demandes et octroie des brevets sur des inventions lorsque les déposants y ont droit. il publie et diffuse des informations sur les brevets, enregistre les cessions de brevets, tient des fichiers de recherche de brevets américains et étrangers et dispose d’une salle de recherche à l’usage du public pour l’examen des brevets et des dossiers délivrés. L’Office fournit des copies de brevets et de documents officiels au public. Il dispense aux praticiens une formation sur les exigences des lois et règlements en matière de brevets et publie le Manuel de procédure d’examen des brevets afin de les élucider. Des fonctions similaires sont exécutées concernant les marques. En protégeant les efforts intellectuels et en encourageant le progrès technologique, l’USPTO cherche à préserver l’avantage technologique des États-Unis, qui est la clé de notre compétitivité actuelle et future. L’USPTO diffuse également des informations sur les brevets et les marques qui favorisent la compréhension de la protection de la propriété intellectuelle et facilitent le développement et le partage de nouvelles technologies dans le monde entier.

Que sont les brevets, marques commerciales, marques de commerce et droits d’auteur?

Certaines personnes confondent brevets, droits d’auteur et marques de commerce. Bien qu’il puisse exister certaines similitudes entre ces types de protection de la propriété intellectuelle, ils sont différents et servent des objectifs différents.

Qu’est-ce qu’un brevet?

Un brevet d’invention est l’octroi d’un droit de propriété à l’inventeur, délivré par l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique. En règle générale, la durée d’un nouveau brevet est de 20 ans à compter de la date à laquelle la demande de brevet a été déposée aux États-Unis ou, dans des cas particuliers, à compter de la date du dépôt d’une demande antérieure similaire, sous réserve du paiement de taxes de maintien. . Les brevets délivrés par les États-Unis ne sont effectifs qu’aux États-Unis, dans leurs territoires et dans leurs possessions. Dans certaines circonstances, des extensions ou des ajustements de la durée du brevet peuvent être disponibles.

Le droit conféré par la délivrance d’un brevet est, dans le langage de la loi et de la concession elle-même, “le droit d’empêcher des tiers de créer, d’utiliser, d’offrir ou de vendre” l’invention aux États-Unis ou d ‘”importer” le invention aux États-Unis. Ce qui est accordé n’est pas le droit de fabriquer, d’utiliser, d’offrir à la vente, de vendre ou d’importer, mais le droit d’empêcher des tiers de fabriquer, d’utiliser, de mettre en vente, de vendre ou d’importer l’invention. Une fois le brevet délivré, le titulaire du brevet doit le faire respecter sans l’aide de l’USPTO.

Il existe trois types de brevets:

1)  Des brevets d’utilité  peuvent être accordés à toute personne qui invente ou découvre tout procédé, machine, article de fabrication ou composition de matière nouveau et utile, ou toute amélioration nouvelle et utile de celui-ci; 
2)  Des brevets de conception  peuvent être accordés à toute personne qui invente une nouvelle conception, originale et ornementale pour un article de fabrication; et 
3)  Des brevets sur les plantes  peuvent être accordés à quiconque invente ou découvre et reproduit de manière asexuée toute variété distincte et nouvelle de plante.

Qu’est-ce qu’une marque de commerce ou une marque de service?

Une marque est un mot, un nom, un symbole ou un dispositif utilisé dans le commerce de produits pour en indiquer l’origine et les distinguer des produits de tiers. Une marque de service est identique à une marque de commerce, sauf qu’elle identifie et distingue la source d’un service plutôt qu’un produit. Les termes “marque déposée” et “marque” sont couramment utilisés pour désigner à la fois les marques commerciales et les marques de service.

Les droits de marque peuvent être utilisés pour empêcher des tiers d’utiliser une marque similaire, mais pas pour empêcher des tiers de fabriquer les mêmes produits ou de vendre les mêmes produits ou services sous une marque clairement différente. Les marques utilisées dans le commerce international ou international peuvent être enregistrées auprès de l’USPTO. La procédure d’enregistrement des marques et des informations générales concernant les marques se trouvent dans le livre distinct intitulé « Faits et chiffres sur les marques. » ( Http://www.uspto.gov/trademarks/basics/Basic_Facts_Trademarks.jsp ).

 

Qu’est-ce qu’un droit d’auteur?

Le droit d’auteur est une forme de protection offerte aux auteurs d ‘«œuvres originales», y compris les œuvres littéraires, dramatiques, musicales, artistiques et certaines autres œuvres intellectuelles, publiées et non publiées. La loi de 1976 sur le droit d’auteur confère généralement au titulaire du droit d’auteur le droit exclusif de reproduire l’œuvre protégée, de préparer des œuvres dérivées, de distribuer des copies ou des phonogrammes de l’œuvre protégée, d’exécuter en public l’oeuvre protégée ou de l’afficher publiquement.

Le droit d’auteur protège la forme d’expression plutôt que le sujet de l’écriture. Par exemple, une description d’une machine pourrait être protégée par le droit d’auteur, mais cela empêcherait uniquement les autres de copier la description; cela n’empêcherait pas les autres de rédiger leur propre description ou de fabriquer et d’utiliser la machine. Les droits d’auteur sont enregistrés par le Bureau des droits d’auteur de la Bibliothèque du Congrès.

Lois sur les brevets

La Constitution des États-Unis confère au Congrès le pouvoir de promulguer des lois relatives aux brevets, à l’article premier, section 8, qui se lit comme suit: «Le Congrès a le pouvoir. . . promouvoir le progrès de la science et des arts utiles, en accordant aux auteurs et aux inventeurs le droit exclusif sur leurs écrits et leurs découvertes pendant un temps limité ». En vertu de ce pouvoir, le Congrès a promulgué de temps à autre diverses lois relatives aux brevets. La première loi sur les brevets a été promulguée en 1790. Les lois sur les brevets ont fait l’objet d’une révision générale qui a été adoptée le 19 juillet 1952 et est entrée en vigueur le 1 er janvier 1953. Elle est codifiée au titre 35 du code des États-Unis. De plus, le 29 novembre 1999, le Congrès a adopté la loi américaine sur la protection des inventeurs (AIPA) de 1999, qui révisait de nouveau les lois sur les brevets. Voir la loi publique 106-113, 113 Stat. 1501 (1999).
La loi sur les brevets spécifie l’objet pour lequel un brevet peut être obtenu et les conditions de brevetabilité. La loi institue l’Office des brevets et des marques des États-Unis chargé de l’administration du droit relatif à la délivrance de brevets et contient diverses autres dispositions relatives aux brevets.

Que peut-on breveter

La loi sur les brevets spécifie le domaine général de la matière pouvant être brevetée et les conditions dans lesquelles un brevet peut être obtenu.

Dans le langage de la loi, toute personne qui “invente ou découvre tout procédé, machine, fabrication ou composition de matière nouveaux et utiles, ou toute amélioration nouvelle et utile de ceux-ci, peut obtenir un brevet”, sous réserve des conditions la loi. Le terme «processus» est défini par la loi comme un processus, un acte ou une méthode et englobe principalement les processus industriels ou techniques. Le terme «machine» utilisé dans la loi ne nécessite aucune explication. Le terme «fabrication» désigne les articles fabriqués et comprend tous les articles manufacturés. Le terme “composition de matière” se rapporte à des compositions chimiques et peut inclure des mélanges d’ingrédients ainsi que de nouveaux composés chimiques. Ces catégories de matières, prises ensemble, comprennent pratiquement tout ce qui est fabriqué par l’homme et les processus de fabrication des produits.

La Loi sur l’énergie atomique de 1954 exclut le brevetage d’inventions utiles uniquement pour l’utilisation de matières nucléaires spéciales ou de l’énergie atomique dans une arme atomique. Voir 42 USC 2181 (a).

La loi sur les brevets spécifie que la matière doit être “utile”. Le terme “utile” à cet égard fait référence à la condition selon laquelle la matière a un but utile et inclut également la fonctionnalité, à savoir une machine qui ne fonctionnera pas le but recherché ne serait pas qualifié d’utile et ne serait donc pas protégé par un brevet.

Les interprétations de la loi par les tribunaux ont défini les limites du domaine des objets pouvant être brevetés. Il a donc été jugé que les lois de la nature, les phénomènes physiques et les idées abstraites ne sont pas des objets brevetables.

Un brevet ne peut être obtenu sur une simple idée ou suggestion. Le brevet est accordé sur la nouvelle machine, la fabrication, etc., comme cela a été dit, et non sur l’idée ou la suggestion de la nouvelle machine. Une description complète de la machine ou de l’autre objet pour lequel un brevet est demandé est requise.

Nouveauté et non-évidence, conditions d’obtention d’un brevet

Pour qu’une invention soit brevetable, elle doit être nouvelle au sens de la loi sur les brevets, qui prévoit qu’une invention ne peut être brevetée si:

“1) l’invention revendiquée a été brevetée, décrite dans une publication imprimée ou mise à la disposition du public, mise en vente ou autrement mise à la disposition du public avant la date de dépôt effectif de l’invention revendiquée” ou

“2) l’invention revendiquée était décrite dans un brevet délivré [par les États-Unis] ou dans une demande de brevet publiée ou réputée publiée [par les États-Unis], dans laquelle le brevet ou la demande, selon le cas, désigne un autre inventeur et a effectivement été déposé avant la date de dépôt effectif de l’invention revendiquée. ”

Certaines exceptions du droit des brevets aux interdictions de brevet (1) et (2) ci-dessus sont limitées. Une exception peut notamment s’appliquer à une “divulgation faite un an ou moins avant la date de dépôt effectif de l’invention revendiquée”, mais uniquement si “la divulgation a été faite par l’inventeur ou le co-inventeur ou par un autre qui a obtenu l’objet divulgué… de l’inventeur ou d’un co-inventeur. “

Dans l’interdiction des brevets (1), l’expression “autrement disponible au public” désigne d’autres types de divulgation de l’invention revendiquée, telle que, par exemple, une présentation orale à une réunion scientifique, une démonstration à un salon professionnel, une conférence ou une conférence. discours, une déclaration faite lors d’une émission-débat à la radio, une vidéo YouTube ™, un site Web ou autre matériel en ligne.

Date de dépôt effectif de l’invention revendiquée: ce terme apparaît dans les interdictions de brevet (1) et (2). Pour une demande de brevet américaine non provisoire qui est la première demande contenant l’objet revendiqué, l’expression “date de dépôt effectif de l’invention revendiquée” désigne la date de dépôt effective de la demande de brevet non provisoire des États-Unis. Dans le cas d’une demande non provisoire des États-Unis revendiquant le bénéfice d’une demande provisoire américaine correspondante déposée antérieurement, la “date de dépôt effectif de l’invention revendiquée” peut être la date de dépôt de la demande provisoire déposée antérieurement, à condition que la demande provisoire décrit suffisamment l’invention revendiquée. De même, pour une demande américaine non provisoire qui est la continuation ou la division d’une demande américaine non provisoire déposée antérieurement, “Date de dépôt effectif de l’invention revendiquée” peut être la date de dépôt de la demande non provisoire déposée antérieurement qui décrit suffisamment l’invention revendiquée. Enfin, la “date de dépôt effectif de l’invention revendiquée” peut être la date de dépôt d’une demande de brevet étrangère déposée antérieurement à laquelle une priorité étrangère est revendiquée, à condition que la demande de brevet étrangère décrit suffisamment l’invention revendiquée.

Même si l’objet de la technique que l’on cherche à breveter n’est pas indiqué de manière précise dans l’état de la technique et qu’il comporte une ou plusieurs différences par rapport à la chose la plus semblable déjà connue, un brevet peut toujours être refusé si les différences sont évidentes. L’objet du brevet que l’on cherche à breveter doit être suffisamment différent de ce qui a été utilisé ou décrit auparavant pour qu’on puisse dire qu’il n’est pas évident pour une personne ayant des compétences ordinaires dans le domaine de la technologie liée à l’invention. Par exemple, le remplacement d’une couleur par une autre ou les changements de taille ne sont généralement pas brevetables.

Office des brevets et des marques des États-Unis

Le Congrès a créé l’Office des brevets et des marques des États-Unis chargé de délivrer des brevets au nom du gouvernement. L’Office des brevets, en tant que bureau distinct, date de l’année 1802 lorsqu’un fonctionnaire distinct du département d’État, connu sous le nom de «surintendant des brevets», a été chargé des brevets. La révision des lois sur les brevets promulguées en 1836 réorganisa l’Office des brevets et désigna le fonctionnaire responsable comme commissaire aux brevets. L’Office des brevets est resté au Département d’État jusqu’en 1849, date à laquelle il a été transféré au Département de l’intérieur. En 1925, il a été transféré au département du commerce où il se trouve aujourd’hui. Le nom de l’Office des brevets a été changé pour Office des brevets et des marques en 1975 et pour l’Office des brevets et des marques des États-Unis en 2000.

L’USPTO administre les lois sur les brevets en ce qui concerne la délivrance de brevets d’invention et s’acquitte d’autres tâches relatives aux brevets. Les demandes de brevet sont examinées pour déterminer si les déposants ont droit à des brevets en vertu de la loi et les brevets sont délivrés lorsque les déposants jouissent de ce droit. L’USPTO publie les brevets délivrés et la plupart des demandes de brevet dans un délai de 18 mois à compter de la date de dépôt effective de la demande, et réalise diverses autres publications concernant les brevets. L’USPTO enregistre également les cessions de brevets, dispose d’une salle de recherche à l’intention du public pour examiner les brevets et les registres délivrés, et fournit des copies des dossiers et autres documents, etc. Des fonctions similaires sont remplies en ce qui concerne l’enregistrement des marques.

Le chef de l’office est le sous-secrétaire au Commerce chargé de la propriété intellectuelle et le directeur de l’Office des brevets et des marques des États-Unis (directeur). Le personnel du directeur comprend le sous-secrétaire adjoint au Commerce et le directeur adjoint de l’USPTO, le commissaire aux brevets, le commissaire aux marques et d’autres fonctionnaires. En tant que chef de l’office, le directeur supervise ou s’acquitte de toutes les obligations relatives à la délivrance et à la délivrance de brevets et à l’enregistrement des marques; exerce une surveillance générale sur l’ensemble du travail de l’USPTO; prescrit les règles, sous réserve de l’approbation du secrétaire au Commerce, pour la conduite des procédures devant l’USPTO et pour la reconnaissance des mandataires et des mandataires; décide diverses questions soumises à l’Office par pétition, conformément au règlement;

Le travail d’examen des demandes de brevet est réparti entre plusieurs centres de technologie d’examen (TC), chaque TC ayant compétence sur certains domaines de la technologie. Chaque comité technique est dirigé par des directeurs de groupe et composé d’examinateurs et de personnel d’appui. Les examinateurs examinent les demandes de brevet et déterminent s’ils peuvent être accordés. Un recours peut être formé devant la Commission de première instance et d’appel des brevets contre leur décision de ne pas délivrer de brevet. Le directeur de l’USPTO peut également être saisi par requête. Outre les comités d’examen examinateurs, d’autres offices assurent divers services, tels que la réception et la distribution du courrier, la réception de nouvelles demandes, le traitement des ventes de copies imprimées de brevets, la copie de documents, l’inspection des dessins et la consignation des cessions.

L’USPTO emploie actuellement plus de 11 000 personnes, dont les trois quarts environ sont des examinateurs et d’autres personnes ayant une formation technique et juridique. Les demandes de brevet sont reçues à un rythme de plus de 500 000 par an.

À compter du 15 novembre 2011, toute demande d’utilité publique non provisoire ordinaire déposée par courrier ou remise en main propre nécessitera le paiement d’une taxe supplémentaire de 400 $ appelée «taxe de dépôt non électronique», qui est réduite de 50% (à 200 $) pour les demandeurs admissibles. pour le statut de petite entité sous 37 CFR 1.27 (a). Le rabais de 75% sur les micro-entités ne s’applique pas aux frais de dépôt non électroniques. Par conséquent, les frais de dépôt non-électroniques s’élèvent également à 200 USD pour les demandeurs remplissant les conditions requises pour bénéficier du statut de micro-entité au titre de 37 CFR 1.29 (a) ou (d). Cette taxe est requise par l’article 10 h) de la loi Leahy-Smith America Invents, loi publique 112-29 (16 sept. 2011, 125 Stat. 284). Le seul moyen d’éviter de payer les frais de dépôt non électroniques supplémentaires de 400 $ consiste à déposer la demande de brevet d’utilité ordinaire non provisoire via EFS-Web.Design, division, et les demandes provisoires ne sont pas soumises à la taxe de dépôt non électronique supplémentaire et peuvent continuer à être déposées par courrier ou par remise en main sans frais supplémentaires. Voir les informations disponibles sur www.uspto.gov/patents/process/file/efs/index/jsp . Toute question concernant le dépôt de demandes via EFS-Web doit être adressée à  Electronic Business Center, au 866-217-9197 .

Informations générales et correspondance

Toutes les affaires avec l’Office des brevets et des marques des États-Unis doivent être traitées par écrit. Les applications utilitaires ordinaires non provisoires doivent être déposées via EFS-Web afin d’éviter les frais de dépôt non électroniques supplémentaires de 400 $.

D’autres correspondances en matière de brevets, y compris les dépôts de conception, d’usine et de demandes provisoires, ainsi que la correspondance déposée  après une date limite de dépôt de la demande après la date de dépôt de la demande (appelée correspondance «suivante»), peuvent toujours être déposées par courrier les frais de dépôt non électronique de 400 $.

Toute autre correspondance relative aux questions de brevets doit être adressée à

COMMISSAIRE AUX BREVETS 
PO Box 1450 
Alexandria, VA 22313-1450

lorsqu’il est envoyé par courrier via le United States Postal Service. Si un arrêt de messagerie est approprié, il doit également être utilisé.

Les courriers adressés à différents arrêts doivent être envoyés séparément pour assurer un routage correct. Par exemple, après la correspondance finale doit être envoyé à

Poste 
Commissaire AF pour les brevets, 
Boîte postale 1450 
Alexandria, VA 22313-1450

et les missions doivent être envoyées à

Mail Stop Assignment Recordation Services 
Director , Bureau des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique 
PO Box 1450 
Alexandria, VA 22313-1450

Les correspondants doivent veiller à inclure leurs adresses de retour complètes, y compris les codes postaux. Le siège principal de l’USPTO est situé au 600 Dulany Street, à Alexandria, en Virginie. La présence personnelle des candidats à l’USPTO n’est pas nécessaire.

Il n’est pas nécessaire d’être un eFiler enregistré pour déposer une demande de brevet via EFS-Web. Toutefois, sauf si vous êtes un eFiler enregistré, vous ne devez pas essayer de classer une correspondance ultérieure via EFS-Web, car les eFilers non enregistrés ne sont pas autorisés à archiver une correspondance ultérieure via EFS-Web. Toute correspondance ultérieure déposée par une personne autre qu’un eFiler enregistré avec EFS-Web doit être envoyée par courrier ou remise en mains propres à l’adresse indiquée dans le paragraphe ci-dessus.

Les candidats et les avocats sont tenus d’exercer leurs activités avec droiture et courtoisie. Les articles présentés en violation de cette exigence seront retournés.

Des lettres distinctes (mais pas nécessairement dans des enveloppes séparées) doivent être écrites pour chaque sujet de recherche distinct, comme les cessions, les paiements, les commandes de copies imprimées de brevets, les commandes de copies de documents et les demandes d’autres services. Aucune de ces demandes ne doit être incluse dans les lettres répondant aux actions de l’Office dans les applications.

Lorsqu’une lettre concerne une demande de brevet, le correspondant doit inclure le numéro de la demande (composé du code de la série et du numéro de série, par exemple 12/123 456) ou le numéro de série et la date de dépôt attribués à cette demande par l’office, ou par l’office international. numéro de demande du numéro de demande internationale de la demande internationale. Lorsqu’une lettre concerne un brevet (à des fins autres que le paiement d’une taxe de maintien), elle devrait inclure le nom du titulaire du brevet, le titre de l’invention, le numéro du brevet et la date de délivrance.

Une commande de copie d’une cession doit identifier la bobine et le numéro du cadre où la cession ou le document est enregistré; sinon, des frais supplémentaires sont facturés pour le temps nécessaire à la recherche de l’affectation.

Les demandes de brevet qui ne sont ni publiées ni délivrées en tant que brevets ne sont généralement pas accessibles au public et aucune information à leur sujet n’est divulguée sans l’autorisation écrite du déposant, de son cessionnaire ou de son avocat, ou en cas de nécessité à la conduite des affaires de l’USPTO. Publications de demandes de brevet et brevets et enregistrements associés, y compris les enregistrements de toutes décisions, les enregistrements de cessions autres que ceux relatifs aux cessions de demandes de brevet non publiées, demandes de brevet citées en priorité dans une publication de demande de brevet ou brevet, livres et autres les documents et les documents du bureau sont ouverts au public. Ils peuvent être inspectés dans la salle de recherche de l’USPTO ou des copies peuvent être commandées.

L’office ne peut pas répondre aux demandes de renseignements concernant la nouveauté et la brevetabilité d’une invention avant le dépôt d’une demande; donner des conseils quant à une éventuelle violation d’un brevet; aviser de la pertinence de déposer une demande; répondre aux questions concernant le fait de savoir si, ou à qui, une prétendue invention a été brevetée; agir en tant qu’exploitant du droit des brevets ou en tant que conseil auprès de particuliers, sauf pour trancher les questions qui se posent devant lui dans des affaires régulièrement déposées. Les informations de nature générale peuvent être fournies soit directement, soit en fournissant ou en attirant l’attention sur une publication appropriée.

Centre d’information scientifique et technique, centre de recherche publique et centres de documentation sur les brevets et les marques

Le Centre d’information scientifique et technique de l’Office des brevets et des marques des États-Unis (1D58 Remsen, 400, rue Dulany, Alexandria, Virginie) met à la disposition du public plus de 120 000 volumes de livres scientifiques et techniques dans diverses langues, dont environ 90 000 volumes reliés. périodiques consacrés à la science et à la technologie, les journaux officiels de 77 organisations de brevets étrangères et plus de 40 millions de brevets étrangers sur papier, microfilm, microfiche et CD-ROM.

Le centre d’information scientifique et technique est ouvert au public de 8 heures à 17 heures du lundi au vendredi, sauf les jours fériés.

Les installations de recherche publiques situées à Madison East, au premier étage, au 600 Dulany Street, à Alexandria, en Virginie, permettent au public de rechercher et d’examiner les brevets américains délivrés depuis 1790 au moyen de postes de travail informatiques ultramodernes. Un fichier de séquence de brevets numéroté de 1790 à 2000 est disponible sur microfilm. Les brevets à partir de 2000 peuvent être trouvés en utilisant une variété de la base de données de brevets disponible sur les postes de travail. Les bulletins officiels, les index annuels (des inventeurs), le manuel de classification et son index, ainsi que d’autres outils de recherche sont disponibles dans divers formats. Les enregistrements de cession de brevets concernant les transactions affectant la propriété des brevets, les actes microfilmés et les index sont également disponibles.

Le service de recherche publique est ouvert de 8 h à 20 h du lundi au vendredi, sauf les jours fériés. Une aide à la recherche est proposée du lundi au vendredi de 8h00 à 17h00. L’accès en libre service est autorisé entre 17h00 et 20h00.

De nombreux inventeurs tentent d’effectuer leur propre recherche dans les brevets et publications antérieurs avant de déposer une demande de brevet. Cela peut être fait dans le système de recherche publique de l’USPTO et dans les bibliothèques situées aux États-Unis qui ont été désignées comme centres de ressources en brevets et marques (PTRC). Un inventeur peut effectuer une recherche préliminaire dans les brevets et publications des États-Unis pour déterminer si l’invention en question ou une invention similaire a été présentée dans le brevet antérieur. Un inventeur peut également employer des conseils en brevets ou des agents pour effectuer la recherche préliminaire. Cette recherche peut ne pas être aussi complète que celle effectuée par l’USPTO lors de l’examen d’une demande, mais ne sert, comme son nom l’indique, qu’à titre préliminaire. Pour cette raison, l’examinateur de brevets peut, et fait souvent,

Ceux qui ne peuvent pas se rendre au service de recherche publique peuvent commander auprès de l’USPTO des copies de listes de brevets originaux ou de brevets référencés contenus dans les sous-classes constituant le champ de recherche, ou peuvent inspecter et obtenir des copies des brevets auprès d’une Centre de ressources. Les PTRC reçoivent les dernières versions des brevets américains et conservent des collections d’informations sur les brevets et les marques déposées antérieurement. La portée de ces collections varie d’une bibliothèque à l’autre, allant des brevets des dernières années à la totalité ou à la plupart des brevets délivrés depuis 1790.

Ces collections de brevets sont ouvertes au public. Chacun des PTRC propose en outre les publications du système de classification des brevets des États-Unis (manuel de classification, index du système de classification des brevets des États-Unis, définitions de la classification, etc.) et d’autres documents et formulaires de brevet, et fournit une assistance au personnel technique. dans leur utilisation pour aider le public à obtenir un accès effectif aux informations contenues dans les brevets. Les collections sont organisées dans l’ordre des numéros de brevets.

Le système de CD-ROM Cassis est disponible dans tous les PTRC. Avec divers fichiers, il permet l’identification efficace des classifications appropriées à rechercher, fournit le nombre de brevets attribués à une classification afin de faciliter la recherche des brevets dans un fichier numérique de brevets, fournit la ou les classifications actuelles de tous les brevets, permet la recherche de mots sur titres de classification et sur les abrégés, et fournit certaines informations bibliographiques sur les brevets récemment délivrés. Ces bibliothèques donnent également accès au site Web de l’USPTO.

Les installations permettant de réaliser des copies sur papier à partir de microfilms, de volumes reliés sur papier ou de CD-ROM sont généralement payantes.

En raison des variations dans l’étendue des collections de brevets parmi les PTRC et dans leurs heures de service au public, il est conseillé à toute personne envisageant d’utiliser les brevets dans une bibliothèque donnée de contacter à l’avance cette bibliothèque au sujet de sa collection, de ses services et de ses services. heures, de manière à éviter les inconvénients éventuels. Pour une liste complète des PTRC, consultez le site Web de l’USPTO à l’adresse  www.uspto.gov/products/library/ptdl/index.jsp .

Avocats et agents

La préparation d’une demande de brevet et la conduite de la procédure auprès de l’Office des brevets et des marques des États-Unis en vue de l’obtention du brevet sont des entreprises qui requièrent la connaissance du droit et des règles en matière de brevets, ainsi que des pratiques et procédures de l’Office, ainsi que de la questions techniques liées à l’invention en question.

Les inventeurs peuvent préparer leurs propres applications et les déposer à l’USPTO et mener la procédure eux-mêmes, mais s’ils ne sont pas familiarisés avec ces questions ou les étudient en détail, ils risquent de rencontrer des difficultés considérables. Bien qu’un brevet puisse être obtenu dans de nombreux cas par des personnes non expérimentées dans ce travail, rien ne garantit que le brevet obtenu protégera de manière adéquate l’invention en question.

La plupart des inventeurs ont recours aux services de conseils en brevets ou d’agents de brevets. La loi donne à l’USPTO le pouvoir d’établir des règles et des règlements régissant la conduite et la reconnaissance des avocats et des mandataires en brevets à exercer devant l’USPTO. Les personnes qui ne sont pas reconnues par l’USPTO pour cette pratique ne sont pas autorisées par la loi à représenter les inventeurs devant l’USPTO. L’USPTO tient un registre des avocats et des agents. Pour être admis sur ce registre, une personne doit respecter les règles prescrites par l’office, qui exigent la démonstration de son intégrité morale, de son moralité et de sa qualité, ainsi que de sa posséder les qualifications juridique, scientifique et technique nécessaires. rendre des demandeurs de brevets un service précieux. Certaines de ces qualifications doivent être démontrées par la réussite d’un examen.

L’USPTO enregistre à la fois les avocats et les personnes qui ne sont pas avocats. Les premières personnes sont maintenant appelées «avocats en brevets» et les dernières personnes sont appelées «agents en brevets». Les avocats en brevets et les agents en brevets sont autorisés à préparer une demande de brevet et à engager des poursuites à l’USPTO. Les agents de brevets ne peuvent toutefois pas engager de litige en matière de brevets devant les tribunaux ni effectuer divers services que la juridiction locale considère comme pratiquant du droit. Par exemple, un agent de brevets ne peut pas établir de contrat relatif à un brevet, tel qu’une cession ou une licence, si l’État dans lequel il réside considère que la rédaction de contrats est du droit.

Certaines personnes et organisations non enregistrées font de la publicité pour leurs services dans les domaines de la recherche de brevets, du marketing et du développement d’inventions. Ces personnes et organisations ne peuvent représenter les inventeurs devant l’USPTO. Ils ne sont pas soumis à la discipline de l’USPTO, mais l’USPTO fournit un forum public ( www.uspto.gov/web/offices/com/iip/complaints.htm ) où les plaintes et les réponses concernant les promoteurs d’inventions / entreprises de promotion sont publiées.

L’USPTO ne peut recommander un avocat ou un agent en particulier, ni aider à la sélection d’un avocat ou d’un agent, par exemple en déclarant, en réponse à une demande, qu’un avocat, un agent ou une entreprise de brevets nommés est «fiable» ou «capable». L’USPTO tient un répertoire des avocats et agents de brevets agréés à l’  adresse https://oedci.uspto.gov/OEDCI/ .

Les annuaires téléphoniques de la plupart des grandes villes comportent, dans la partie classifiée, une rubrique à l’intention des mandataires en brevets qui répertorie ceux de cette région. De nombreuses grandes villes ont des associations d’avocats en brevets.

Lorsqu’il emploie un conseil en brevets ou un agent, l’inventeur exécute une procuration qui est déposée à l’USPTO et consignée dans le dossier de la demande. Lorsqu’un mandataire inscrit ou un mandataire enregistré a été nommé, l’office ne communique pas directement avec l’inventeur, mais se charge de la correspondance avec le mandataire ou le mandataire, ce dernier agissant par la suite pour le compte de l’inventeur bien que l’inventeur soit libre de contacter l’USPTO concernant le statut. de sa demande. L’inventeur peut révoquer le mandataire ou son mandataire en révoquant la procuration.

L’USPTO a le pouvoir d’interdire ou d’empêcher d’exercer devant elle des personnes coupables de faute grave, etc., mais cela ne peut se faire qu’après une audience complète avec présentation de preuves claires et convaincantes de la faute. L’USPTO recevra et, le cas échéant, donnera suite aux plaintes déposées contre des avocats et des agents. Les honoraires facturés aux inventeurs par les avocats et les agents de brevets pour leurs services professionnels ne sont pas soumis à la réglementation de l’USPTO. Des preuves définitives de surtaxes peuvent servir de base à une action de l’USPTO, mais l’Office intervient rarement dans les litiges relatifs aux taxes.

Qui peut demander un brevet

Selon la loi, l’inventeur, ou une personne à qui l’inventeur a cédé ou est tenue de céder l’invention, peut demander un brevet, à certaines exceptions près. Si l’inventeur est décédé, la demande peut être faite par des représentants légaux, à savoir l’administrateur ou l’exécuteur testamentaire de la succession. Si l’inventeur est légalement incapable, la demande de brevet peut être faite par un représentant légal (par exemple, un tuteur). Si un inventeur refuse de demander un brevet ou est introuvable, un co-inventeur peut présenter une demande au nom de l’inventeur non-signataire.

Si deux personnes ou plus réalisent une invention conjointement, elles déposent une demande de brevet en tant que co-inventeur. Une personne qui n’apporte qu’une contribution financière n’est pas un inventeur conjoint et ne peut être jointe à la demande en tant qu’inventeur. Il est possible de corriger une erreur innocente en omettant à tort un inventeur ou en nommant à tort une personne en tant qu’inventeur.

Il est légalement interdit aux fonctionnaires et aux employés de l’Office des brevets et des marques des États-Unis de demander un brevet ou d’acquérir, directement ou indirectement, sauf par héritage ou legs, tout brevet ou tout droit ou intérêt sur tout brevet.

Ressources de l’inventeur indépendant

Une section du site Web de l’USPTO, disponible à l’  adresse www.uspto.gov/inventors , est consacrée aux inventeurs indépendants (le site s’intitule «Inventeurs») et propose un large éventail de documents couvrant la plupart des aspects du processus de brevet et de marque. Le site Web s’efforce également de sensibiliser les inventeurs indépendants aux entreprises frauduleuses de développement et de commercialisation d’inventions et aux escroqueries pouvant toucher ces inventeurs, et propose des astuces et des panneaux d’avertissement pour éviter ces escroqueries. Le site publie également des plaintes contre ces entreprises et leurs réponses. Le site fournit en outre des liens vers d’autres sites de l’USPTO, ainsi que des liens vers d’autres agences fédérales.

Le courrier destiné au programme d’aide aux inventeurs, y compris les plaintes concernant les promoteurs d’inventions, doit être adressé à:

Mail Stop 24 
Directeur du Bureau américain des brevets et des marques 
PO Box 1450 
Alexandria, VA 22313-1450 
Email:  independentinventor@uspto.gov

Le Centre d’aide aux inventeurs (IAC) constitue le principal point de contact avec la communauté des inventeurs indépendants et le grand public pour obtenir des informations générales sur le dépôt d’une demande de brevet provisoire ou d’une demande de brevet ordinaire non provisoire.

Pour plus d’informations sur le processus de brevet, appelez le centre d’assistance aux inventeurs à l’adresse suivante:

Téléphone 1-800-PTO-9199 
ATS: 571-272-9950 
La page d’accueil de l’USPTO est  www.uspto.gov

Les inventeurs ont également la possibilité de déposer une demande provisoire de brevet. Les applications provisoires sont décrites plus en détail ci-dessous. Pour recevoir plus d’informations sur les applications provisoires, veuillez visiter le site Web de l’USPTO ou demander une brochure imprimée au 800-786-9199 ou au 571-272-1000.

Demande de brevet

Demande non provisoire de brevet

Une demande de brevet non provisoire est présentée au directeur de l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique et comprend:

(1) Un document écrit comprenant un mémoire descriptif (description et revendications);

(2) Dessins (si nécessaire);

(3) un serment ou une déclaration; et

4) les taxes de dépôt, de recherche et d’examen. Les frais de dépôt, de recherche, d’examen, d’émission, de recours et de maintien des demandes de brevet et des brevets sont réduits de 50% pour toute petite entité pouvant bénéficier d’une réduction des frais en vertu de 37 CFR 1.27 (a), et de 75% pour toute micro-entité. qui dépose une certification attestant que les exigences de 37 CFR 1.29 (a) ou (d) sont remplies.

  • Statut de petite entité: Le demandeur doit déterminer que le statut de petite entité au sens de 37 CFR 1.27 (a) est approprié avant de pouvoir affirmer son droit à bénéficier du statut de petite entité et de s’acquitter d’une taxe correspondant au rabais de 50% pour les petites entités. Les frais changent chaque octobre. Notez qu’en déposant électroniquement via EFS-Web, les frais de dépôt pour un demandeur pouvant prétendre au statut de petite entité sont encore réduits.
  • Statut de micro-entité: Le demandeur doit déterminer que le statut de micro-entité au sens de 37 CFR 1.29 (a) ou (d) est approprié avant de déposer la certification requise du statut de micro-entité et de payer des frais au rabais de 75%. La page Web relative aux formulaires de brevet est répertoriée dans la section intitulée Formulaires, Brevets sur le site Web de l’USPTO à l’adresse  www.uspto.gov.. Il existe deux formulaires de certification de micro-entités – à savoir le formulaire PTO / SB / 15A pour certifier le statut de micro-entité sur la «base du revenu brut» sous 37 CFR 1.29 (a), et le formulaire PTO / SB / 15B pour certifier le statut de micro-entité sur « établissement d’enseignement supérieur », selon 37 CFR 1.29 (d). À compter du 15 novembre 2011, toute demande d’utilité publique non provisoire ordinaire déposée par courrier ou remise en main propre nécessitera le paiement d’une taxe supplémentaire de 400 $ appelée «taxe de dépôt non électronique», qui est réduite de 50% (à 200 $) pour les demandeurs admissibles. pour le statut de petite entité au sens de 37 CFR 1.27 (a) ou au statut de micro-entité au titre de 37 CFR 1.29 (a) ou (d). Le seul moyen d’éviter de payer les frais de dépôt non électroniques supplémentaires de 400 $ consiste à déposer l’application de service public non provisoire via EFS-Web.

D’autres correspondances en matière de brevets, y compris les dépôts de conception, d’usine et de demandes provisoires, ainsi que la correspondance déposée après une date limite de dépôt de la demande après la date de dépôt de la demande (appelée correspondance «suivante»), peuvent toujours être déposées par courrier ou remise en mains propres. les frais de dépôt non électronique de 400 $. Il n’est pas nécessaire d’être un eFiler enregistré pour déposer une demande de brevet via EFS-Web. Toutefois, sauf si vous êtes un eFiler enregistré, vous ne devez pas essayer de classer une correspondance ultérieure via EFS-Web, car les eFilers non enregistrés ne sont pas autorisés à archiver une correspondance ultérieure via EFS-Web. Toute correspondance ultérieure déposée par une personne autre qu’un eFiler enregistré avec EFS-Web doit être envoyée par courrier ou remise en main propre. (Voir la section «Informations générales et correspondance» de cette brochure. ) Si vous recevez de l’USPTO un “avis de demande incomplète” en réponse à votre dépôt EFS-Web indiquant qu’un numéro de demande a été attribué mais qu’aucune date de dépôt n’a été attribuée, vous devez devenir un eFiler enregistré et déposer votre réponse. «Avis de demande incomplète» via EFS-Web afin d’éviter les frais de dépôt non électroniques de 400 $. Pour devenir un eFiler enregistré et avoir la possibilité de déposer une correspondance, veuillez consulter les informations à l’adresse suivante: www.uspto.gov/patents/process/file/efs/guidance/register.jsp , ou appelez le Centre des affaires électroniques au 866-217-9197.

La spécification (description et revendications) peut être créée à l’aide d’un programme de traitement de texte tel que Microsoft® Word ou Corel® WordPerfect. Le document contenant la spécification peut normalement être converti au format PDF par le programme de traitement de texte lui-même, de sorte qu’il puisse être inclus en tant que pièce jointe lors du dépôt de la demande via EFS-Web. D’autres documents de la demande, tels que des dessins et une déclaration signée à la main, doivent éventuellement être numérisés sous forme de fichier PDF pour pouvoir être archivés via EFS-Web. Voir les informations disponibles sur  www.uspto.gov/patents/process/file/efs/index.jsp . Toute question concernant le dépôt de demandes via EFS-Web doit être adressée à Electronic Business Center, au 866-217-9197.

Tous les documents de candidature doivent être en anglais ou une traduction en anglais sera requise ainsi que les frais requis définis dans 37 CFR 1.17 (i).

Chaque document (qui doit être archivé via EFS-Web au format PDF) doit comporter une marge supérieure d’au moins 2 cm (3/4 pouce), une marge latérale gauche d’au moins 2,5 cm (1 pouce), une marge latérale droite. d’au moins 2 cm (3/4 pouce) et une marge inférieure d’au moins 2 cm (3/4 pouce) sans trous dans les papiers soumis. Il est également requis que l’espacement sur tous les papiers soit de 1,5 ou à double interligne et que les papiers de candidature soient numérotés de manière consécutive (situés au centre au-dessus ou au-dessous du texte) en commençant par la première page.

Le texte de la spécification doit être écrit dans une police non écrite (par exemple Arial, Times Roman ou Courier, de préférence avec une taille de police de 12 pt), avec des majuscules d’au moins 0,3175 cm (0,125 inch) inférieure à 0,21 cm (0,08 pouce) de hauteur (par exemple, une taille de police de 6). La spécification ne doit comporter qu’une seule colonne de texte.

Le mémoire descriptif doit aboutir à une ou plusieurs revendications mettant particulièrement en évidence et revendiquant distinctement l’objet que le demandeur considère comme l’invention. La partie de la demande dans laquelle le déposant expose la ou les revendications constitue une partie importante de la demande, car ce sont les revendications qui définissent l’étendue de la protection conférée par le brevet. Les réclamations doivent commencer sur une feuille séparée.

Plusieurs revendications peuvent être présentées à condition qu’elles diffèrent les unes des autres. Les revendications peuvent être présentées sous une forme indépendante (par exemple, la revendication elle-même) ou sous une forme dépendante, renvoyant à une ou plusieurs revendications de la même demande et les limitant davantage. Toute revendication dépendante qui renvoie à plus d’une autre revendication est considérée comme une «revendication dépendante multiple».

La demande de brevet n’est transmise pour examen que lorsque toutes les parties requises, conformes aux règles qui s’y rattachent, sont reçues. Si une demande est déposée sans toutes les pièces requises pour obtenir une date de dépôt (incomplète ou défectueuse), le déposant sera avisé des irrégularités et un délai lui sera imparti pour compléter le dépôt de la demande (une surtaxe peut être requise) le déposant obtiendra une date de dépôt à compter de la date de la soumission. Si l’omission n’est pas corrigée dans un délai spécifié, la demande sera renvoyée ou éliminée d’une autre manière. la taxe de dépôt, si elle est soumise, sera remboursée moins une taxe de traitement telle que définie dans le barème des taxes.

La taxe de dépôt et la déclaration ou le serment ne doivent pas être soumis avec les parties pour lesquelles une date de dépôt est requise. Il est toutefois souhaitable que toutes les parties de la demande complète soient déposées ensemble à l’office; sinon, chaque partie doit être signée et une lettre doit accompagner chaque partie, la reliant précisément et clairement aux autres parties de la demande. Si une date de dépôt a été attribuée à une demande sans inclure la taxe de dépôt, le serment ou la déclaration, le demandeur en sera informé et un délai lui sera imparti pour payer la taxe de dépôt, déposer un serment ou une déclaration et acquitter une surtaxe.

Toutes les demandes reçues à l’USPTO sont numérotées dans l’ordre, et le demandeur sera informé du numéro de la demande et de la date de dépôt par un récépissé de dépôt.

La date de dépôt d’une demande de brevet est la date à laquelle un mémoire descriptif (y compris au moins une revendication) et tous les dessins nécessaires à la compréhension de l’objet que l’on cherche à breveter sont reçus à l’USPTO; ou la date à laquelle la dernière partie complétant la demande est reçue dans le cas d’une demande précédemment incomplète ou défectueuse.

Demande provisoire de brevet

Depuis le 8 juin 1995, l’USPTO offre aux inventeurs la possibilité de déposer une demande de brevet provisoire, conçue pour permettre un premier dépôt de brevet moins coûteux aux États-Unis et pour donner aux déposants américains une parité avec les déposants étrangers. Les réclamations et le serment ou la déclaration ne sont PAS requis pour une application provisoire. Une demande provisoire fournit le moyen d’établir une date de dépôt effectif anticipée dans une demande de brevet et permet d’appliquer le terme “Brevet en instance” en rapport avec l’invention. Les demandes provisoires ne peuvent pas être déposées pour des inventions de conception.

La date de dépôt d’une demande provisoire est la date à laquelle une description écrite de l’invention, ainsi que des dessins, si nécessaire, ont été reçus à l’USPTO. Pour être complète, une demande provisoire doit également inclure la taxe de dépôt et une page de couverture précisant que la demande est une demande provisoire de brevet. Le déposant aurait alors jusqu’à 12 mois pour déposer une demande de brevet non provisoire comme décrit ci-dessus. L’objet revendiqué dans la demande non provisoire déposée ultérieurement est en droit de bénéficier de la date de dépôt de la demande provisoire s’il est fondé à l’appui de la demande provisoire.

Si une demande provisoire n’est pas déposée en anglais et qu’une demande non provisoire est déposée revendiquant le bénéfice de l’application provisoire, une traduction de la demande provisoire sera requise. Voir titre 37, Code of Federal Regulations, section 1.78 (a) (5).

Les demandes provisoires ne sont PAS examinées au fond. L’application provisoire sera abandonnée de plein droit 12 mois après son dépôt. La durée de validité de 12 mois d’une demande provisoire n’est pas comptabilisée dans la durée de 20 ans d’un brevet délivré au titre d’une demande non provisoire ultérieurement déposée qui revendique le bénéfice de la date de dépôt de la demande provisoire.

Une surtaxe est requise pour le dépôt de la taxe de dépôt de base ou de la page de couverture à une date ultérieure au dépôt de la demande provisoire. Contrairement aux applications utilitaires non provisionnelles, les conceptions, les installations et les applications provisoires peuvent toujours être déposées par courrier ou par remise en main sans avoir à payer les frais de dépôt non électroniques supplémentaires de 400 $. Les demandes de conception et les demandes provisoires peuvent également être déposées via EFS-Web. Toutefois, les applications d’installation ne peuvent pas être déposées via EFS-Web.

Publication des demandes de brevet

La loi de 1999 sur la protection des inventeurs (American Inventors Protection Act) de 1999 exige la publication des demandes de brevet pour la plupart des demandes de brevet d’usine déposée déposées le 29 novembre 2000 ou après cette date. Le déposant d’une demande d’utilisation industrielle ou postérieure le 29 novembre 2000 peut demander que la demande ne soit pas publiée, mais seulement si l’invention n’a pas été et ne fera pas l’objet d’une demande déposée dans un pays étranger qui doit être publiée 18 mois après le dépôt (ou une date de priorité antérieure) ou en vertu du Traité de coopération de brevets. La publication intervient après l’expiration d’un délai de 18 mois à compter de la date de dépôt effectif ou de la date de priorité la plus ancienne revendiquée par une demande. Après publication,

À la suite de la publication, le déposant peut faire valoir des droits provisoires. Ces droits permettent au titulaire du brevet d’obtenir une tierce partie qui perçoit une redevance raisonnable contrevenant à une revendication d’application publiée, à condition que le déposant en avise effectivement le tiers et que le brevet issu de la demande produise une revendication sensiblement identique. Ainsi, des dommages-intérêts pour atteinte à une concession de brevet antérieure à un brevet sont maintenant disponibles.

 

Enregistrez électroniquement votre application à l’aide de EFS-Web

À compter du 15 novembre 2011, toute demande d’utilité publique non provisoire ordinaire déposée par courrier ou remise en main propre nécessitera le paiement d’une taxe supplémentaire de 400 $ appelée «taxe de dépôt non électronique», qui est réduite de 50% (à 200 $) pour les demandeurs admissibles. pour le statut de petite entité au sens de 37 CFR 1.27 (a) ou au statut de micro-entité au titre de 37 CFR 1.29 (a) ou (d). Le seul moyen d’éviter de payer les frais de dépôt non électroniques supplémentaires de 400 $ consiste à déposer votre application de service public non provisoire via EFS-Web.Un demandeur de petite entité qui dépose son dossier par voie électronique évite non seulement le dépôt non électronique supplémentaire (200 $ pour les demandeurs de petite entité et de micro-entité); le déposant de petite entité qui dépose électroniquement reçoit également un rabais plus important sur la taxe de dépôt habituelle. Toute question concernant le dépôt de demandes via EFS-Web doit être adressée à Electronic Business Center, au 866-217-9197.

D’autres correspondances en matière de brevets, y compris les dépôts de conception, d’usine et de demandes provisoires, ainsi que la correspondance déposée après une date limite de dépôt de la demande après la date de dépôt de la demande (appelée correspondance «suivante»), peuvent toujours être déposées par courrier ou remise en mains propres. les frais de dépôt non électronique de 400 $. Il n’est pas nécessaire d’être un eFiler enregistré pour déposer une demande de brevet via EFS-Web. Toutefois, sauf si vous êtes un eFiler enregistré, vous ne devez pas essayer de classer une correspondance ultérieure via EFS-Web, car les eFilers non enregistrés ne sont pas autorisés à archiver une correspondance ultérieure via EFS-Web. Toute correspondance ultérieure déposée par une personne autre qu’un eFiler enregistré avec EFS-Web doit être envoyée par courrier ou remise en main propre. (Voir la section «Informations générales et correspondance» de cette brochure. ) Si vous recevez de l’USPTO un “avis de demande incomplète” en réponse à votre dépôt EFS-Web indiquant qu’un numéro de demande a été attribué mais qu’aucune date de dépôt n’a été attribuée, vous devez devenir un eFiler enregistré et déposer votre réponse. «Avis de demande incomplète» via EFS-Web afin d’éviter les frais de dépôt non électroniques de 400 $. Pour devenir un eFiler enregistré et avoir la possibilité de déposer une correspondance, veuillez consulter les informations à l’adresse suivante: www.uspto.gov/patents/process/file/efs/guidance/register.jsp , ou appelez le Centre des affaires électroniques au 866-217-9197.

EFS-Web permet aux clients de déposer électroniquement des documents de demande de brevet en toute sécurité via Internet via une page Web. EFS-Web est un système permettant de soumettre de nouvelles demandes et documents liés à des demandes de brevet déposées antérieurement. Les clients préparent des documents au format PDF (Portable Document Format), les joignent, garantissent la compatibilité des documents PDF avec les systèmes d’information automatisés internes de l’USPTO, soumettent les documents et paient des frais avec le traitement des paiements en temps réel. Certains formulaires sont disponibles en tant que formulaires EFS-Web à remplir. Lorsque ces formulaires Web EFS remplissables sont utilisés, les données saisies dans les formulaires sont automatiquement chargées dans les systèmes d’information de l’USPTO.

EFS-Web peut être utilisé pour soumettre:

A) Nouvelles demandes de brevet d’utilité et taxes

B) Nouvelles demandes de brevet de design et taxes

C) Demandes de brevet provisoires et taxes

(D) Demandes d’entrer sur la scène nationale à moins de 35 USC 371 et frais

(E) La plupart des documents liés et des taxes d’une demande de brevet déposée antérieurement

De plus amples informations sur EFS-Web sont disponibles sur  www.uspto.gov/patents/process/file/efs/guidance .

Voir le document «Legal Framework» sur cette page Web pour une liste de la correspondance qui ne peut pas être classée via EFS-Web et des réponses aux questions fréquemment posées.

Serment ou déclaration, signature

Un serment ou une déclaration est une déclaration formelle qui doit être faite par l’inventeur dans une application non provisoire. Chaque inventeur doit signer un serment ou une déclaration qui inclut certaines déclarations requises par la loi et les règles de l’USPTO, y compris la déclaration selon laquelle il / elle-même croit être l’inventeur original ou le co-inventeur original d’une invention revendiquée dans la demande et la déclaration indiquant que la demande a été faite ou qu’il est autorisé à le faire. Voir 35 USC 115 et 37 CFR 1.63. L’inventeur doit prêter serment devant un notaire. Une déclaration peut être soumise à la place du serment. Une déclaration n’a pas besoin d’être notariée. Des serments ou des déclarations sont requis pour les applications de conception, d’installation, de service public et de réémission. En plus des déclarations requises, le serment ou la déclaration doit indiquer la dénomination sociale de l’inventeur et, si elle n’est pas fournie dans une fiche de données de la demande, son adresse postale et sa résidence. Au lieu d’un serment ou d’une déclaration, le déposant peut signer une déclaration de substitution à l’égard d’un inventeur décédé, légalement invalide, introuvable ou atteint après un effort diligent, ou ayant refusé de signer le serment ou la déclaration. Lors du dépôt d’une demande continue, une copie du serment ou de la déclaration déposé dans la demande antérieure peut être utilisée à condition qu’il soit conforme aux règles en vigueur pour la demande continue (c.-à-d. Les règles applicables aux demandes déposées à compter du 16 septembre, 2012). une déclaration de substitution peut être signée par le déposant à l’égard d’un inventeur décédé, frappé d’incapacité juridique, introuvable ou obtenu après un effort diligent, ou ayant refusé d’exécuter le serment ou la déclaration. Lors du dépôt d’une demande continue, une copie du serment ou de la déclaration déposé dans la demande antérieure peut être utilisée à condition qu’il soit conforme aux règles en vigueur pour la demande continue (c.-à-d. Les règles applicables aux demandes déposées à compter du 16 septembre, 2012). une déclaration de substitution peut être signée par le déposant à l’égard d’un inventeur décédé, frappé d’incapacité juridique, introuvable ou obtenu après un effort diligent, ou ayant refusé d’exécuter le serment ou la déclaration. Lors du dépôt d’une demande continue, une copie du serment ou de la déclaration déposé dans la demande antérieure peut être utilisée à condition qu’il soit conforme aux règles en vigueur pour la demande continue (c.-à-d. Les règles applicables aux demandes déposées à compter du 16 septembre, 2012).

Les formulaires de déclaration sont disponibles en appelant les services d’information générale de l’USPTO au 800-786-9199 ou 571-272-1000 ou en accédant au site Web de l’USPTO à l’adresse  www.uspto.gov , répertoriée dans la section intitulée «Formulaires, brevets». Les formulaires disponibles sur le site Web de l’USPTO sont remplissables électroniquement et peuvent être inclus dans la demande déposée via EFS-Web sans qu’il soit nécessaire d’imprimer le formulaire afin de le numériser pour l’inclure en tant que pièce jointe PDF à la demande.

Frais de dépôt, de recherche et d’examen

Une demande de brevet est soumise au paiement d’une taxe de base et de taxes supplémentaires comprenant une taxe de recherche, une taxe d’examen et une taxe de délivrance. Consultez le site Web de l’USPTO à l’adresse  www.uspto.gov pour connaître les  frais actuels.. Le nombre total de revendications supérieur à 20 et les revendications indépendantes dépassant trois sont considérés comme des «revendications excédentaires» pour lesquelles des frais supplémentaires sont dus. Par exemple, si le demandeur déposait un total de 25 revendications, dont quatre revendications indépendantes, il serait tenu de payer des taxes sur les revendications excédentaires pour cinq revendications totales supérieures à 20 et une revendication indépendante supérieure à trois. Si le même déposant déposait ultérieurement une modification faisant passer le nombre total de revendications à 29 et le nombre de revendications indépendantes à six, le déposant serait tenu de payer des taxes de revendications excédentaires pour les quatre revendications totales supplémentaires et les deux revendications indépendantes supplémentaires.

Dans le calcul des taxes, une revendication est singulièrement dépendante si elle incorpore par référence une revendication précédente unique qui peut être une revendication indépendante ou dépendante. Une revendication dépendante multiple ou toute revendication qui en dépend doit être considérée comme une revendication dépendante distincte en fonction du nombre de revendications auquel il est fait référence. En outre, si la demande contient plusieurs revendications dépendantes, des frais supplémentaires sont requis pour chaque revendication dépendante multiple.

Si le propriétaire de l’invention est une petite entité (inventeur indépendant, petite entreprise ou organisation à but non lucratif), la plupart des taxes sont réduites de moitié si le statut de petite entité est revendiqué. Si le statut de petite entité est souhaité et approprié, les demandeurs doivent payer la taxe de dépôt correspondante. Les demandeurs qui revendiquent le statut de petite entité doivent vérifier si le statut de petite entité est approprié avant de revendiquer ce statut.

La plupart des frais sont sujets à changement en octobre de chaque année.

Spécification [Description et Revendications]

L’ordre d’encodage suivant doit être respecté lors de l’encadrement de l’application:

a) Formulaire de transmission de la demande

b) Formulaire de transmission des taxes

(c) Fiche technique d’application

d) Spécification

e) Dessins

(f) Serment exécuté ou déclaration

La spécification doit comporter les sections suivantes, dans l’ordre:

(1) Titre de l’invention

(2) Renvoi aux applications connexes (le cas échéant). (Les applications associées peuvent être répertoriées sur une fiche de données d’application, au lieu de ou en même temps que dans la spécification.)

(3) Déclaration de recherche ou développement parrainée par le gouvernement fédéral (le cas échéant)

4) Les noms des parties à un accord de recherche conjoint si l’invention revendiquée a été réalisée à la suite d’activités relevant du champ d’application d’un accord de recherche commun

(5) Référence à une «liste de séquence», à un tableau ou à une annexe de liste de programmes informatiques soumise sur un disque compact, ainsi qu’à une incorporation par référence du matériel figurant sur le disque compact. Le nombre total de disques compacts, y compris les doublons, ainsi que les fichiers de chaque disque compact doivent être spécifiés.

(6) Contexte de l’invention

(7) bref résumé de l’invention

(8) Brève description des différentes vues du dessin (le cas échéant).

(9) Description détaillée de l’invention

(10) Une ou plusieurs revendications

(11) Résumé de la divulgation

12) Listage de séquence (le cas échéant)

La spécification doit inclure une description écrite de l’invention, ainsi que de la manière, des procédés de fabrication et d’utilisation de l’invention, et doit être formulée en termes complets, clairs, concis et exacts, de manière à permettre à tout homme du métier du domaine technologique auquel l’invention concerne, ou avec laquelle elle est le plus étroitement liée, à fabriquer et à utiliser la même chose.

Le mémoire descriptif doit exposer l’invention précise pour laquelle un brevet est sollicité, de manière à le distinguer des autres inventions et de ce qui est ancien. Il doit décrire complètement un mode de réalisation spécifique du processus, de la machine, de la fabrication, de la composition de la matière ou du perfectionnement inventé, et doit expliquer le mode de fonctionnement ou le principe, le cas échéant. Le meilleur mode envisagé par l’inventeur pour réaliser l’invention doit être indiqué.

Dans le cas d’une amélioration, la description doit en particulier indiquer la ou les parties du processus, de la machine, de la fabrication ou de la composition de la matière concernée par l’amélioration, et la description doit se limiter à l’amélioration spécifique et aux parties telles que: coopérer nécessairement avec elle ou dans la mesure où cela est nécessaire pour une compréhension ou une description complète de celle-ci.

Le titre de l’invention, qui doit être aussi bref et précis que possible (pas plus de 500 caractères), doit apparaître en tête de la première page du mémoire descriptif s’il ne figure pas au début de la demande. Un bref résumé de la description technique dans le mémoire descriptif, y compris de ce qui est nouveau dans la technique à laquelle se rapporte l’invention, doit être exposé sur une page séparée, de préférence après les revendications. L’abrégé doit être rédigé sous la forme d’un seul paragraphe de 150 mots ou moins, intitulé “Résumé de la divulgation”.

Un bref résumé de l’invention indiquant sa nature et sa substance, pouvant inclure un exposé de l’objet de l’invention, devrait précéder la description détaillée. Le résumé doit être adapté à l’invention telle que revendiquée et tout objet cité doit être celui de l’invention telle que revendiquée.

Quand il y a des dessins, il doit y avoir une brève description des différentes vues des dessins et la description détaillée de l’invention doit faire référence aux différentes vues en précisant les numéros des figures, et aux différentes parties en utilisant des références numériques. .

Le mémoire descriptif doit aboutir à une ou plusieurs revendications mettant particulièrement en évidence et revendiquant distinctement l’objet que le demandeur considère comme l’invention. La partie de la demande dans laquelle le demandeur expose la ou les revendications constitue une partie importante de la demande, car ce sont les revendications qui définissent l’étendue de la protection conférée par le brevet et pour lesquelles les questions de contrefaçon sont tranchées par les tribunaux.

Plusieurs revendications peuvent être présentées, à condition qu’elles diffèrent sensiblement les unes des autres et ne se multiplient pas indûment. Une ou plusieurs revendications peuvent être présentées sous une forme dépendante, renvoyant à une ou plusieurs revendications de la même application et les limitant davantage. Toute revendication dépendante qui renvoie à plus d’une autre revendication est considérée comme une «revendication dépendante multiple».

Les revendications dépendantes multiples renvoient à ces autres revendications uniquement à titre subsidiaire. Une revendication dépendante multiple ne doit servir de base à aucune autre revendication dépendante multiple. Les revendications sous forme dépendante doivent être interprétées comme incluant toutes les limitations de la revendication incorporées par référence dans la revendication dépendante. Une revendication dépendante multiple doit être interprétée comme englobant toutes les limitations de chacune des revendications particulières pour lesquelles elle est envisagée.

La ou les revendications doivent être conformes à l’invention énoncée dans le reste du mémoire descriptif et les termes et expressions utilisés dans les revendications doivent être clairement étayés ou fondés dans la description afin que le sens des termes utilisés dans les revendications puisse être déterminé en référence à la description.

Dessin

La loi oblige le demandeur d’un brevet à fournir un dessin de l’invention chaque fois que la nature de l’affaire nécessite un dessin pour comprendre l’invention. Toutefois, le directeur peut exiger un dessin lorsque la nature du sujet l’admet. ce dessin doit être déposé avec la demande. Cela inclut pratiquement toutes les inventions, à l’exception des compositions de matière ou de processus, mais un dessin peut également être utile dans le cas de nombreux processus.

Le dessin doit montrer chaque caractéristique de l’invention spécifiée dans les revendications et doit, selon les règles de l’Office, revêtir une forme particulière. L’office spécifie le format de la feuille sur laquelle le dessin est fait, le type de papier, les marges et d’autres détails relatifs à la réalisation du dessin. La raison pour laquelle les normes sont spécifiées en détail est que les dessins sont imprimés et publiés dans un style uniforme lorsque le brevet est délivré, et les dessins doivent également être tels qu’ils puissent être facilement compris par les utilisateurs des descriptions de brevets.

Les feuilles de dessins doivent être numérotées en chiffres arabes consécutifs, en commençant par 1, dans le champ de vision (surface utilisable). Pour les applications utilitaires non provisoires habituelles, ces «feuilles» doivent figurer dans un document électronique au format PDF, classé avec les autres documents de la demande via EFS-Web. Ces numéros, s’ils sont présents, doivent être placés au centre du haut de la feuille, mais pas dans la marge. Les numéros peuvent être placés du côté droit si le dessin s’étend trop près du milieu du bord supérieur de la surface utilisable. La numérotation des feuilles de dessin doit être claire et supérieure aux numéros utilisés comme caractères de référence pour éviter toute confusion. Le numéro de chaque feuille doit être indiqué par deux chiffres arabes placés de part et d’autre d’une ligne oblique,

Les indices d’identification, le cas échéant, devraient inclure le titre de l’invention, le nom de l’inventeur, le numéro de la demande (s’il est connu) et le numéro du dossier (le cas échéant). Ces informations doivent être placées dans la marge supérieure de chaque feuille de dessins. Aucun nom ou autre identification ne sera permis dans la vue du dessin. Le nom et le numéro de téléphone d’une personne à appeler si l’USPTO n’est pas en mesure de faire correspondre les dessins à la demande appropriée peuvent également être fournis.

Normes pour les dessins

(1)  Dessins. Il existe deux catégories acceptables pour la présentation de dessins dans les demandes de brevet de service et de dessin:

(a)  Encre noire. Des dessins en noir et blanc sont normalement requis. L’encre de chine, ou son équivalent fixant des lignes noires continues, doit être utilisée pour les dessins, ou

(b)  Couleur. En de rares occasions, des dessins en couleur peuvent être nécessaires en tant que seul moyen pratique permettant de divulguer l’objet que l’objet faisant l’objet de la demande de brevet est un brevet ou un dessin ou modèle ou l’objet d’un enregistrement d’invention statutaire. Les dessins en couleur doivent être de qualité suffisante pour que tous les détails des dessins puissent être reproduits en noir et blanc dans le brevet imprimé. Les dessins en couleurs ne sont pas autorisés dans les demandes internationales (voir la règle 11.13 du PCT), ni dans une demande ou une copie de celle-ci, déposée dans le système de dépôt électronique de l’Office.

L’office n’accepte les dessins en couleur figurant dans les demandes de brevet d’utilité ou de conception et les enregistrements réglementaires d’invention qu’après avoir fait droit à une requête déposée en vertu de ce paragraphe expliquant pourquoi les dessins en couleur sont nécessaires. Une telle pétition doit inclure les éléments suivants:

(i) la redevance indiquée au § 1.17 (h);

ii) Trois séries de dessins en couleur; et

(iii) Une modification du cahier des charges visant à insérer (sauf si le cahier des charges contient ou a déjà été modifié auparavant) le libellé suivant en tant que premier paragraphe de la brève description des dessins:

Le dossier de brevet ou de demande contient au moins un dessin exécuté en couleur. Des copies de ce brevet ou de la publication de la demande de brevet avec les dessins en couleur seront fournies par l’office sur demande et moyennant le paiement de la taxe nécessaire.

(2)  photographies

a)  noir et blanc. Les photographies, y compris les photocopies de photographies, ne sont généralement pas autorisées dans les demandes de brevet de service ou de dessin. L’office acceptera les photographies figurant dans les demandes de brevet d’utilité et de dessin, mais si celles-ci constituent le seul support utilisable pour illustrer l’invention revendiquée. Par exemple, des photographies ou des microphotographies de gels d’électrophorèse, de blots (immunologiques, occidentaux, méridionaux et septentrionaux), d’autoradiographies, de cultures cellulaires (colorées et non colorées), de coupes transversales de tissus histologiques (colorés et non colorés), d’animaux, l’imagerie in vivo, les plaques de chromatographie en couche mince, les structures cristallines et, dans une demande de brevet de conception, les effets ornementaux sont acceptables. Si l’objet de la demande admet une illustration par un dessin, l’examinateur peut exiger un dessin à la place de la photo.

(b)  Photographies couleur.  Les photographies en couleurs seront acceptées dans les demandes de brevet d’utilité et de design si les conditions pour accepter les dessins en couleur et les photographies en noir et blanc sont remplies. Voir les paragraphes a) (2) et b) (1) de la présente section.

(3)  Identification des dessins – Des  repères d’identification devraient être fournis et, le cas échéant, devraient inclure le titre de l’invention, le nom de l’inventeur et le numéro de la demande ou le numéro du dossier (le cas échéant) si aucun numéro de demande n’a été attribué à la demande. . Si cette information est fournie, elle doit être placée au recto de chaque feuille dans la marge supérieure. Chaque feuille de dessin soumise après la date de dépôt d’une demande doit être identifiée comme «feuille de remplacement» ou «nouvelle feuille» conformément à l’article 1.121 (d). Si une copie annotée du dessin modifié, comportant des annotations indiquant les modifications apportées, est déposée, cette copie annotée doit clairement porter la mention “Feuille annotée” conformément au § 1.121 (d) (1).

(4)  Formes graphiques dans les dessins –  Les formules, tableaux et formes d’onde chimiques ou mathématiques peuvent être soumis en tant que dessins et sont soumis aux mêmes exigences que les dessins. Chaque formule chimique ou mathématique doit être étiquetée comme une figure distincte, en utilisant des parenthèses si nécessaire, pour montrer que les informations sont correctement intégrées. Chaque groupe de formes d’onde doit être présenté sous la forme d’une figure unique, utilisant un axe vertical commun avec une durée s’étendant le long de l’axe horizontal. Chaque forme d’onde individuelle décrite dans la spécification doit être identifiée par une lettre distincte adjacente à l’axe vertical.

(5)  Marges  – Les feuilles ne doivent pas contenir de cadres autour de la vue (c.-à-d. La surface utilisable), mais doivent comporter des points cibles de numérisation (c.-à-d. Des réticules) imprimés sur deux coins marginaux. Chaque feuille doit comporter une marge supérieure d’au moins 2,5 cm (1 pouce), une marge latérale gauche d’au moins 2,5 cm (1 pouce), une marge latérale droite d’au moins 1,5 cm (5/8 pouces) et une une marge d’au moins 1 cm (3/8 pouce), ne laissant ainsi pas une vue supérieure à 17 cm sur 26,2 cm sur des feuilles de dessin de 21 cm sur 29,7 cm (format A4), et une vision maximale de 17,6 cm sur 24,4 cm (6 15/16 sur 9 5/8 pouces) sur des feuilles de dessin de 21,6 cm sur 27,9 cm (8 1/2 sur 11 pouces).

(6)  Vues –  Le dessin doit contenir autant de vues que nécessaire pour illustrer l’invention. Les vues peuvent être des vues en plan, en élévation, en coupe ou en perspective. Des vues détaillées de portions d’éléments, à plus grande échelle si nécessaire, peuvent également être utilisées. Toutes les vues du dessin doivent être regroupées et disposées sur la ou les feuilles sans perte d’espace, de préférence dans une position verticale, clairement séparées les unes des autres, et ne doivent pas être incluses dans les feuilles contenant les spécifications, les revendications ou l’abrégé. Les vues ne doivent pas être reliées par des lignes de projection et ne doivent pas contenir de lignes centrales. Les formes d’onde des signaux électriques peuvent être connectées par des lignes en pointillés pour montrer la synchronisation relative des formes d’onde.

(a) Vues éclatées – Des vues éclatées avec les pièces séparées entourées d’un crochet, afin de montrer que la relation ou l’ordre d’assemblage de différentes pièces est admissible. Si une vue éclatée est montrée sur une figure qui se trouve sur la même feuille qu’une autre figure, la vue éclatée doit être placée entre crochets.

(b) Vues partielles – Si nécessaire, une vue d’une machine ou d’un appareil volumineux dans son ensemble peut être divisée en vues partielles sur une seule feuille ou étendue sur plusieurs feuilles s’il n’y a aucune perte de facilité de compréhension de la vue. Les vues partielles dessinées sur des feuilles séparées doivent toujours pouvoir être reliées bord à bord de sorte qu’aucune vue partielle ne contienne des parties d’une autre vue partielle. Une vue à plus petite échelle doit être incluse, montrant le tout formé par les vues partielles et indiquant les positions des pièces représentées. Lorsqu’une partie d’une vue est agrandie à des fins d’agrandissement, la vue et la vue agrandie doivent chacune être étiquetées comme des vues séparées.

(i) Lorsque des vues sur deux ou plusieurs feuilles forment en réalité une seule vue complète, les vues sur les différentes feuilles doivent être disposées de telle sorte que la figure complète puisse être assemblée sans dissimuler aucune partie de la feuilles.

(ii) Une très longue vue peut être divisée en plusieurs parties superposées sur une même feuille. Cependant, la relation entre les différentes parties doit être claire et sans ambiguïté.

(c) Vues en coupe. Le plan sur lequel une vue en coupe est prise doit être indiqué sur la vue à partir de laquelle la section est coupée par une ligne brisée. Les extrémités de la ligne brisée doivent être désignées par des chiffres arabes ou romains correspondant au numéro de vue de la vue en coupe et comporter des flèches indiquant le sens de la vue. Les hachures doivent être utilisées pour indiquer les sections d’un objet et doivent être effectuées au moyen de lignes parallèles obliques régulièrement espacées et suffisamment espacées pour permettre de les distinguer sans difficulté. Les hachures ne doivent pas gêner la lecture des caractères de référence et des lignes principales. S’il n’est pas possible de placer des caractères de référence en dehors de la zone hachurée, les hachures peuvent être interrompues chaque fois que des caractères de référence sont insérés. Les hachures doivent former un angle important par rapport aux axes ou lignes principales environnants, de préférence à 45 degrés. Une section transversale doit être définie et dessinée pour montrer tous les matériaux tels qu’ils apparaissent dans la vue à partir de laquelle la section transversale a été prise. Les parties en coupe doivent montrer le ou les matériaux appropriés en hachurant avec des traits obliques parallèles régulièrement espacés, l’espace entre les traits étant choisi en fonction de la surface totale à hachurer. Les différentes parties d’une section transversale d’un même article doivent être hachurées de la même manière et indiquer avec précision et graphisme la nature du ou des matériaux illustrés en coupe transversale. Les hachures d’éléments différents juxtaposés doivent être inclinées d’une manière différente. Dans le cas de grandes surfaces, les hachures peuvent être limitées à une bordure délimitée autour de l’intérieur du contour de la zone à hachurer. Différents types d’éclosion doivent avoir différentes significations conventionnelles en ce qui concerne la nature d’un matériau vu en coupe.

(d) Autre poste. Une position déplacée peut être indiquée par une ligne brisée superposée à une vue appropriée si cela peut être fait sans encombrement; sinon, une vue séparée doit être utilisée à cette fin.

e) Formulaires modifiés. Les formes de construction modifiées doivent être présentées dans des vues séparées.

(7)  Disposition des vues –  Une vue ne doit pas être placée sur une autre ou dans les limites d’une autre. Toutes les vues sur la même feuille doivent se trouver dans la même direction et, si possible, afin qu’elles puissent être lues avec la feuille maintenue en position verticale. Si des vues plus larges que la largeur de la feuille sont nécessaires pour illustrer de la manière la plus claire l’invention, vous pouvez faire pivoter la feuille de manière à ce que le haut de la feuille, avec la marge supérieure appropriée à utiliser comme espace de titre, soit placé le côté droit. Les mots doivent apparaître horizontalement de gauche à droite lorsque la page est verticale ou tournée de manière à ce que le haut devienne le côté droit, à l’exception des graphiques utilisant la convention scientifique standard pour désigner l’axe des abscisses (de X) et l’axe. d’ordonnées (de Y).

(8)  Vue de la page de couverture –  Le dessin doit contenir autant de vues que nécessaire pour illustrer l’invention. L’une des vues devrait pouvoir figurer sur la page de couverture de la publication de la demande de brevet et du brevet en tant qu’illustration de l’invention. Les vues ne doivent pas être reliées par des lignes de projection et ne doivent pas contenir de lignes centrales. Le déposant peut proposer une vue unique (par numéro de figure) à inclure sur la page de couverture de la publication de la demande de brevet et du brevet.

(9)  Échelle –  L’échelle à laquelle un dessin est fait doit être suffisamment grande pour montrer le mécanisme sans encombrement lorsque le dessin est réduit à deux tiers de sa reproduction. Les indications telles que “taille réelle” ou “échelle 1/2” sur les dessins ne sont pas autorisées, car elles perdent leur signification si elles sont reproduites dans un format différent.

(10)  Caractère de lignes, de chiffres et de lettres –  Tous les dessins doivent être réalisés selon un procédé leur conférant des caractéristiques de reproduction satisfaisantes. Chaque ligne, numéro et lettre doivent être durables, propres, noirs (sauf pour les dessins en couleur), suffisamment denses et sombres, uniformément épais et bien définis. Le poids de toutes les lignes et de toutes les lettres doit être suffisamment important pour permettre une reproduction adéquate. Cette exigence s’applique à toutes les lignes, aussi fines soient-elles, aux ombres et aux lignes représentant les surfaces coupées dans les vues en coupe. Des lignes et des traits d’épaisseurs différentes peuvent être utilisés dans le même dessin où différentes épaisseurs ont une signification différente.

(11)  ombrage – L’utilisation de l’ombrage dans les vues est encouragée si cela aide à comprendre l’invention et si cela ne réduit pas la lisibilité. L’ombrage est utilisé pour indiquer la surface ou la forme des éléments sphériques, cylindriques et coniques d’un objet. Les parties plates peuvent également être légèrement ombrées. Un tel ombrage est préféré dans le cas de pièces montrées en perspective, mais pas pour les coupes transversales. Voir le paragraphe h) 3) de cette section. Les lignes espacées pour l’ombrage sont préférées. Ces lignes doivent être minces, aussi peu nombreuses que possible et contraster avec le reste des dessins. Au lieu de l’ombrage, vous pouvez utiliser des lignes épaisses du côté ombragé des objets, sauf lorsqu’elles se superposent ou masquent des caractères de référence. La lumière doit provenir du coin supérieur gauche sous un angle de 45 degrés. Les délimitations de surface doivent de préférence être indiquées par un ombrage approprié.

(12)  Symboles –  Des symboles graphiques peuvent être utilisés pour les éléments conventionnels, le cas échéant. Les éléments pour lesquels de tels symboles et représentations étiquetées sont utilisés doivent être identifiés de manière adéquate dans la spécification. Les dispositifs connus doivent être illustrés par des symboles ayant une signification conventionnelle universellement reconnue et généralement acceptés dans la technique. D’autres symboles qui ne sont pas universellement reconnus peuvent être utilisés, sous réserve de l’approbation de l’office, s’ils ne risquent pas d’être confondus avec les symboles conventionnels existants et s’ils sont facilement identifiables.

13)  Légendes –  Des légendes descriptives appropriées peuvent être utilisées sous réserve de l’approbation de l’office ou peuvent être exigées par l’examinateur si cela est nécessaire à la compréhension du dessin. Ils doivent contenir le moins de mots possible.

(14)  Chiffres, lettres et caractères de référence

(a) Les caractères de référence (les chiffres sont préférables), les numéros de feuille et les numéros de vue doivent être simples et lisibles et ne doivent pas être utilisés avec des crochets ou des guillemets, ni entre des contours, par exemple, entourés. Ils doivent être orientés dans le même sens que la vue pour éviter de faire pivoter la feuille. Les caractères de référence doivent être disposés de manière à suivre le profil de l’objet représenté.

(b) L’alphabet anglais doit être utilisé pour les lettres, sauf lorsqu’un autre alphabet est habituellement utilisé, tel que l’alphabet grec pour indiquer les angles, les longueurs d’onde et les formules mathématiques.

(c) Les chiffres, les lettres et les caractères de référence doivent mesurer au moins 0,32 cm (1/8 de pouce) de hauteur. Ils ne doivent pas être placés dans le dessin de manière à nuire à sa compréhension. Par conséquent, ils ne doivent pas se croiser ou se mêler aux lignes. Ils ne doivent pas être placés sur des surfaces hachurées ou ombragées. Lorsque cela est nécessaire, par exemple pour indiquer une surface ou une coupe transversale, un caractère de référence peut être souligné et un espace vide peut être laissé dans les hachures ou les zones d’ombrage là où le caractère apparaît afin qu’il paraisse distinct.

d) La même partie d’une invention figurant dans plusieurs vues du dessin doit toujours être désignée par le même caractère de référence et cette même référence ne doit jamais être utilisée pour désigner des parties différentes.

e) Les caractères de référence non mentionnés dans la description ne doivent pas apparaître dans les dessins. Les caractères de référence mentionnés dans la description doivent apparaître dans les dessins.

(15)  Lignes principales –  Les lignes principales sont les lignes entre les caractères de référence et les détails auxquels il est fait référence. Ces lignes peuvent être droites ou courbes et doivent être aussi courtes que possible. Ils doivent avoir pour origine la proximité immédiate du caractère de référence et s’étendre jusqu’à la caractéristique indiquée. Les lignes en plomb ne doivent pas se croiser. Des lignes de repère sont requises pour chaque caractère de référence, à l’exception de celles indiquant la surface ou la section sur laquelle elles sont placées. Un tel caractère de référence doit être souligné pour indiquer clairement qu’une ligne principale n’a pas été laissée de côté par erreur. Les lignes principales doivent être exécutées de la même manière que les lignes du dessin. Voir le paragraphe (1) de cette section.

(16)  Flèches – Des  flèches peuvent être utilisées aux extrémités des lignes, à condition que leur signification soit claire, comme suit:

(a) Sur une ligne principale, une flèche libre pour indiquer toute la section vers laquelle elle pointe;

(b) Sur une ligne de repère, une flèche touchant une ligne pour indiquer la surface indiquée par la ligne qui regarde dans le sens de la flèche.

(c) Indiquer la direction du mouvement.

(17)  Avis de  droit d’auteur ou de masque  Un avis de droit d’auteur ou de masque peut apparaître sur le dessin, mais doit être placé à la vue du dessin immédiatement en dessous de la figure représentant le matériau du droit d’auteur ou du masque et doit être limité aux lettres imprimées. taille de .32 cm. à 0,64 cm. (1/8 à 1/4 pouces) de hauteur. Le contenu de l’avis doit être limité aux seuls éléments prévus par la loi. Par exemple, “© 1983 John Doe” (17 USC 401) et “* M * John Doe” (17 USC 909) seraient correctement limités et, en vertu des lois en vigueur, d’avis de droit légaux et de travail de masque suffisants, respectivement. L’inclusion d’un avis de droit d’auteur ou de masquage ne sera autorisée que si le langage d’autorisation défini en 1.71 (e) est inclus au début (de préférence au premier paragraphe) de la spécification.

(18)  Numérotation des feuilles de dessin –  Les feuilles de dessin doivent être numérotées en chiffres arabes consécutifs, en commençant par 1, dans le champ de vision défini au paragraphe 5) de la présente section. Ces numéros, s’ils sont présents, doivent être placés au centre du haut de la feuille, mais pas dans la marge. Les numéros peuvent être placés du côté droit si le dessin s’étend trop près du milieu du bord supérieur de la surface utilisable. La numérotation des feuilles de dessin doit être claire et supérieure aux numéros utilisés comme caractères de référence pour éviter toute confusion. Le numéro de chaque feuille doit être indiqué par deux chiffres arabes placés de part et d’autre d’une ligne oblique, le premier étant le numéro de la feuille et le second le nombre total de feuilles de dessin, sans autre marquage.

(19)  Numérotation des vues

(a) Les différentes vues doivent être numérotées en chiffres arabes consécutifs, en commençant par 1, indépendamment de la numérotation des feuilles et, si possible, dans l’ordre dans lequel elles apparaissent sur la ou les feuilles de dessin. Les vues partielles destinées à former une vue complète, sur une ou plusieurs feuilles, doivent être identifiées par le même numéro suivi d’une lettre majuscule. Les numéros de vue doivent être précédés de l’abréviation “FIG.” Lorsqu’une seule vue est utilisée dans une demande pour illustrer l’invention revendiquée, elle ne doit pas être numérotée et l’abréviation “FIG.” Ne doit pas apparaître.

(b) Les chiffres et les lettres identifiant les vues doivent être simples et clairs et ne doivent pas être utilisés avec des crochets, des cercles ou des guillemets. Les numéros de vue doivent être plus grands que ceux utilisés pour les caractères de référence.

(20)  Marquages ​​de sécurité –  Les marquages ​​de sécurité autorisés peuvent être placés sur les dessins, à condition qu’ils se trouvent en dehors du viseur, de préférence au centre de la marge supérieure.

21)  Corrections –  Toute correction apportée aux dessins soumis à l’office doit être durable et permanente.

(22)  Trous – Le  demandeur ne doit pas percer de trous dans les feuilles de dessin.

(23)  Types de dessins –  Voir le § 1.152 pour les dessins de conception, le § 1.165 pour les dessins d’installation et le § 1.173 (a) (2) pour la réédition des dessins.

 

Modèles, expositions et spécimens

Les modèles et les pièces ne sont pas requis dans la plupart des demandes de brevet, car la description de l’invention dans le mémoire descriptif et les dessins doit être suffisamment complète, claire et complète et pouvoir être comprise comme permettant de décrire l’invention sans l’aide d’un modèle.

L’office peut exiger un modèle de travail ou une autre exposition physique si cela est jugé nécessaire. Ce n’est pas fait très souvent. Un modèle de travail peut être demandé dans le cas de demandes de brevet pour de prétendus dispositifs à mouvement perpétuel.

Lorsque l’invention concerne une composition de matière, il peut être demandé au déposant de fournir des échantillons de la composition, de ses ingrédients ou de ses intermédiaires, aux fins d’inspection ou d’expérimentation. Si l’invention est une invention microbiologique, un dépôt du microorganisme impliqué est requis.

Examen des demandes et des procédures à l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique

Les demandes, autres que les demandes provisoires, déposées à l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique et acceptées comme demandes complètes sont examinées par les centres de technologie chargés de l’examen des domaines de la technologie liés à l’invention. Dans le comité d’examen, les demandes sont examinées par l’examinateur à qui elles ont été attribuées dans l’ordre dans lequel elles ont été déposées ou conformément aux procédures d’examen établies par le directeur.

Les demandes ne seront pas présentées à l’examen pour examen ou suite à donner, sauf indication contraire dans les règles, ou sur ordre du directeur pour accélérer les travaux de l’office, ou s’il est démontré que, de l’avis du directeur, cela justifiera les faire avancer.

L’examen de la demande consiste en une étude de la demande de conformité aux exigences légales et en une recherche dans les brevets américains, les publications des demandes de brevet, les documents de brevet étrangers et la littérature disponible, afin de déterminer si l’invention revendiquée est nouvelle, utile et non industrielle. – évidente et si la demande satisfait aux exigences de la loi sur les brevets et des règles de pratique. Si la décision de l’examinateur sur la brevetabilité est favorable, un brevet est délivré.

Restrictions

Si deux ou plusieurs inventions sont revendiquées dans une même demande et sont considérées par l’office de telle nature (par exemple, indépendantes et distinctes) qu’un seul brevet ne devrait pas être délivré pour les deux, le déposant sera tenu de limiter l’application à l’une des inventions. L’autre invention peut faire l’objet d’une demande distincte qui, si elle est déposée tant que la première demande est toujours en instance, aura droit au bénéfice de la date de dépôt de la première demande. Une exigence de limiter l’application à une seule invention peut être imposée avant que l’examinateur ne prenne d’autres mesures.

Action de bureau

Le déposant est informé par écrit de la décision de l’examinateur par une “action” de l’office, qui est normalement envoyée par la poste au mandataire ou à l’agent officiel. La suite juridique de l’office indique les motifs de toute action défavorable, objection ou exigence, ainsi que les informations ou références utiles au titulaire qui aide le déposant à juger de l’opportunité de poursuivre la poursuite de sa demande.

Si l’invention revendiquée n’est pas relative à un objet brevetable, les revendications sont rejetées. Si l’examinateur constate que l’invention revendiquée est dépourvue de nouveauté ou ne diffère que de manière évidente de ce que l’on trouve dans l’état de la technique, les revendications peuvent également être rejetées. Il n’est pas rare que l’examinateur ait rejeté une partie ou l’ensemble des revendications. relativement peu d’applications sont autorisées telles que déposées.

Réponse du demandeur

Le déposant doit demander le réexamen par écrit et doit indiquer de manière distincte et spécifique les erreurs supposées dans la procédure de l’office de l’examinateur. Le déposant doit répondre à chaque motif d’opposition et de rejet dans le cadre de la démarche de l’office antérieur. La réponse du demandeur doit apparaître de bout en bout comme une tentative sincère d’avancer l’affaire jusqu’à l’action finale ou à l’indemnité. La simple allégation selon laquelle l’examinateur a commis une erreur ne constituera pas un motif valable pour ce réexamen.

Lorsqu’il modifie une demande en réponse à un rejet, le déposant doit indiquer clairement pourquoi il pense que les revendications modifiées sont brevetables au regard de l’état de la technique divulgué par les références précédentes citées ou les objections formulées. Il ou elle doit également montrer comment les revendications telles que modifiées évitent de telles références ou objections. Après réponse du demandeur, la demande sera réexaminée et le demandeur sera informé du statut des revendications – c’est-à-dire si les revendications sont rejetées ou contestées, ou si les revendications sont autorisées de la même manière. comme après le premier examen. La deuxième action du Bureau sera généralement définitive.

Des entretiens avec des examinateurs peuvent être organisés, mais un entretien n’élimine pas la nécessité de répondre aux actions de l’Office dans les délais requis.

Rejet final

À la seconde considération ou plus tard, le rejet ou une autre action peut être rendu final. La réponse du demandeur est alors limitée à un recours en cas de rejet de toute revendication et les modifications ultérieures sont limitées. Une requête peut être adressée au directeur en cas d’objections ou d’exigences qui ne sont pas liées au rejet d’une réclamation. La réponse à un rejet ou à une action finale doit inclure l’annulation de chaque réclamation ainsi rejetée, ou l’appel en cassation, et le respect des exigences ou des objections de forme. En effectuant ce rejet définitif, l’examinateur répète ou énonce tous les motifs de rejet alors considérés comme applicables aux revendications de la demande.

Modification de la demande

Le demandeur peut modifier la demande comme spécifié dans les règles ou à tout moment et de la manière expressément requise par l’examinateur.

Les modifications reçues par l’Office au plus tard à la date d’envoi de la première action de l’office sont appelées «modifications préliminaires» et leur saisie est régie par 37 CFR 1.115. Les modifications en réponse à une action non définitive du Bureau sont régies par le CFR 1.111. Les modifications déposées après la décision finale sont régies par les articles 37CF 1.116 et 37CFR 41.33.

Le mémoire descriptif, les revendications et le dessin doivent être modifiés et révisés au besoin, afin de corriger les inexactitudes de la description et de la définition ou des mots inutiles, et de fournir une correspondance substantielle entre les revendications, la description et le dessin. Toutes les modifications des dessins ou des spécifications, et tous les ajouts, ne doivent pas inclure de nouveaux éléments au-delà de la divulgation d’origine. Les faits non constatés qui impliquent une modification de la divulgation initiale ou un ajout à celle-ci ne peuvent pas être ajoutés à la demande même s’ils sont étayés par un serment ou une déclaration supplémentaire, et ne peuvent être montrés ou revendiqués que dans une demande distincte.

La manière de modifier une demande est décrite dans 37 CFR 1.121. Les modifications du cahier des charges (sans inclure les revendications) doivent être apportées en ajoutant, en supprimant ou en remplaçant un paragraphe, en remplaçant une section ou en remplaçant un cahier des charges, comme le prévoient les règles. Les paragraphes de remplacement doivent inclure des marques (soulignement et barré, par exemple) pour indiquer tous les changements par rapport à la version précédente du paragraphe. Les nouveaux paragraphes doivent être fournis sans soulignement. Si une spécification de substitution est déposée, elle doit être accompagnée de marques (soulignement et barré, par exemple) indiquant tous les changements par rapport à la version antérieure immédiate de la spécification d’enregistrement, elle doit être accompagnée d’une déclaration précisant matière,

Aucune modification du dessin ne peut être apportée sans l’autorisation de l’Office. Les modifications de la construction illustrée par un dessin ne peuvent être effectuées qu’en soumettant des feuilles de dessin de remplacement, chacune de ces feuilles devant porter l’indication «Feuille de remplacement» dans sa marge supérieure si elle remplace une feuille de dessin existante. Toute feuille de dessins de remplacement doit inclure toutes les figures apparaissant dans la version antérieure immédiate de la feuille, même si une seule figure est modifiée. Toute nouvelle feuille de dessins contenant une figure supplémentaire doit être étiquetée dans la marge supérieure sous la forme «Nouvelle feuille». Toutes les modifications apportées aux dessins doivent être expliquées en détail, dans la section Modification du dessin ou Remarques du document de modification.

Les revendications doivent être modifiées en présentant toutes les revendications dans une liste de revendications qui remplace toutes les versions antérieures des revendications dans la demande. Dans la liste des revendications, le statut de chaque revendication doit être indiqué après le numéro de celle-ci après l’utilisation de l’une des sept expressions entre parenthèses définies dans 37 CFR 1.121 (c). Les revendications «actuellement modifiées» doivent être marquées (par exemple, soulignement et barré). Toutes les revendications en suspens qui ne sont pas en cours de modification doivent être présentées dans la liste des revendications en version nette, sans aucune marque (par exemple, soulignement et barré).

La numérotation originale des revendications doit être préservée tout au long de la poursuite. Lorsque les revendications sont annulées, les revendications restantes ne doivent pas être renumérotées. Lorsque des revendications sont ajoutées par modification ou substituées à des revendications annulées, elles doivent être numérotées par le demandeur successivement en commençant par le numéro suivant la revendication la plus numérotée présentée précédemment. Lorsque la demande est prête à être acceptée, l’examinateur renumérote, si nécessaire, les revendications de manière consécutive, dans l’ordre dans lequel elles apparaissent ou dans l’ordre qui peut avoir été demandé par le demandeur.

Temps de réponse et d’abandon

La réponse du déposant à une action de l’office doit être faite dans un délai prescrit. Le délai de réponse est fixé à six mois par la loi (35 USC 133), qui prévoit également que le Directeur peut réduire le délai de réponse à 30 jours au moins. Le délai habituel pour répondre à une action de l’office est de trois mois. Un délai de réponse plus court peut être prolongé jusqu’à la période maximale de six mois. Une taxe d’extension de temps doit normalement être payée si le délai de réponse est prolongé. Le montant de la taxe dépend de la durée de la prolongation. Les prorogations de délai ne sont généralement pas disponibles une fois qu’une application a été autorisée. Si aucune réponse n’est reçue dans le délai imparti, la demande est considérée comme abandonnée et n’est plus en attente. cependant, s’il peut être démontré que l’omission d’engager des poursuites était inévitable ou involontaire, la demande peut être réactivée sur demande du directeur et sur son approbation. La relance nécessite une requête adressée au directeur et des frais pour la requête, qui doivent être déposés sans délai. La réponse appropriée doit également accompagner la requête si celle-ci n’a pas encore été déposée.

Appel au Tribunal de première instance et d’appel des brevets et aux tribunaux

Si l’examinateur persiste dans le rejet de l’une des revendications de la demande ou si le rejet est définitif, le déposant peut former un recours auprès du Tribunal de première instance et d’appel des brevets (PTAB) de l’Office des brevets et des marques des États-Unis. Le PTAB se compose du sous-secrétaire au Commerce chargé de la propriété intellectuelle et du directeur de l’Office des brevets et des marques des États-Unis, du sous-secrétaire adjoint au commerce pour la propriété intellectuelle et du directeur adjoint de l’USPTO, du commissaire aux brevets et des juges administratifs en brevets, mais normalement chaque appel est entendu par trois membres seulement. Une taxe d’appel est requise et le demandeur doit déposer un mémoire pour appuyer sa position. Une audience sera organisée sur demande moyennant le paiement de la taxe indiquée.

En guise d’alternative à un appel, lorsqu’un déposant souhaite que différentes revendications ou d’autres preuves soient examinées, une demande de poursuite de l’examen (RCE) ou une demande de continuation est également déposée. Pour les conditions requises pour le dépôt d’un RCE, voir 37 CFR 1.114. Un RCE n’est pas disponible dans une demande de brevet de dessin ou modèle, mais une continuation de la demande de dessin ou modèle peut être déposée en tant que demande de poursuite de poursuite (CPA) en vertu de 37 CFR 1.53 (d).

Si la décision de la PTAB est toujours défavorable au demandeur, un recours peut être formé devant la Cour d’appel du circuit fédéral ou une action civile peut être intentée contre le directeur auprès du tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia. La Cour d’appel du circuit fédéral examinera le dossier établi à l’Office et pourra confirmer ou infirmer l’action de l’Office. Dans une action civile, le demandeur peut présenter un témoignage devant le tribunal et celui-ci prendra une décision.

Délivrance et délivrance du brevet

Si, à l’examen de la demande ou à un stade ultérieur du réexamen de la demande, la demande de brevet est jugée recevable, un avis d’attribution et de la ou des taxe (s) due (s) sera envoyé au demandeur ou à son avocat. ou un mandataire, le cas échéant, et une taxe pour la délivrance du brevet et, le cas échéant, pour la publication de la publication de la demande de brevet (voir 37 CFR 1.211-1.221), est due dans les trois mois à compter de la date de la notification. Si le paiement de la taxe n’est pas effectué dans les délais, la demande sera considérée comme abandonnée. Voir la grille tarifaire actuelle sur  www.uspto.gov. Le directeur peut accepter les taxes en retard, s’il est démontré que le retard est inévitable (35 USC 41, 37 CFR 1.137 (a)) ou involontaire (35 USC 151, 37 CFR 1.137 (b)). Lorsque les taxes requises sont payées, le brevet est délivré dès que possible après la date de paiement, en fonction du volume d’impression disponible. La délivrance du brevet est ensuite remise ou envoyée par la poste le jour de sa délivrance, ou dès que possible après, à l’avocat ou à l’agent de l’inventeur, le cas échéant, directement à l’inventeur. À la date de la délivrance, le dossier de brevet est ouvert au public pour les demandes non ouvertes antérieurement par la publication de la demande.

Dans les cas où la publication d’une demande ou la délivrance d’un brevet serait préjudiciable à la sécurité nationale, le Commissaire aux brevets ordonnera que l’invention soit gardée secrète et interdira la publication de la demande ou la délivrance du brevet. période requise par l’intérêt national. Le propriétaire d’une application qui a été placée sous ordonnance de secret a le droit de faire appel de cette ordonnance auprès du ministre du Commerce. 35 USC 181.

Extension et ajustement de la durée du brevet

Les termes de certains brevets peuvent être sujets à extension ou ajustement en vertu de 35 USC 154 (b). Cette extension ou cet ajustement résulte de certains types de retards spécifiés qui peuvent survenir lorsqu’une demande est en instance devant l’office.

Les brevets de services publics et de brevets de fabrique issus de demandes originales déposées entre le 8 juin 1995 et le 28 mai 2000 peuvent être éligibles pour une prolongation de la durée du brevet (PTE), comme indiqué dans 37 CFR 1.701. Une telle EPT peut résulter de retards dus à des procédures d’ingérence prévues par 35 USC 135 (a), à des ordonnances de secret de 35 USC 181 ou à un recours en révision.

Les brevets de service public et de brevets de fabrique qui émanent de demandes originales déposées le 29 mai 2000 ou après cette date peuvent être admissibles à un ajustement de la durée du brevet (PTA), tel que défini dans 37 CFR 1.702 – 1.705. Les PTA de moins de 35 USC 154 (b) reposent sur trois bases principales. Le premier fondement de la PTA est l’échec de l’office à prendre certaines mesures dans les délais spécifiés dans 35 USC 154 (b) (1) (A) (voir 37 CFR 1.702 (a) et 1.703 (a)). Le second fondement de la PTA est l’omission par l’office de délivrer un brevet dans les trois ans suivant la date de dépôt de la demande telle qu’énoncée dans 35 USC 154 (b) (1) (B) (voir 37 CFR 1.702 (b) et 1.703 (b)). La troisième base de la PTA est énoncée dans 35 USC 154 (b) (1) (C) et comprend les retards dus à une procédure d’ingérence visée par 35 USC 135 (a), des ordonnances de secret professionnel en vertu de 35 USC 181, ou un examen réussi par un 37 CFR 1.

Toute APT accumulée dans une demande sera réduite de la période au cours de laquelle un demandeur n’aura pas déployé d’efforts raisonnables pour mener à bien l’instruction de la demande au titre de l’article 35 USC 154 (b) (2) (C). Une liste non exclusive d’activités qui constituent un défaut de déployer des efforts raisonnables pour conclure des poursuites est énoncée dans 37 CFR 1.704.24

Une valeur initiale de PTA est imprimée sur l’avis d’allocation et des taxes dues, et une valeur finale de PTA est imprimée sur le recto du brevet. Toute demande de réexamen de la valeur du PTA figurant sur l’avis d’allocation et sur la (les) taxe (s) due (s) doit être formulée sous la forme d’une demande d’ajustement de la durée du brevet, qui doit être déposée avant ou au même moment que le paiement de la facture. frais d’émission. (Voir 37 CFR 1.705.)

Nature du brevet et des droits de brevet

Le brevet est délivré au nom des États-Unis d’Amérique sous le sceau de l’Office des brevets et des marques des États-Unis et est soit signé par le directeur de l’USPTO, soit écrit électroniquement et attesté par un responsable de l’office. Le brevet contient une concession au titulaire du brevet et une copie imprimée du mémoire descriptif et du dessin est annexée au brevet et en fait partie intégrante. La concession confère «le droit d’empêcher les tiers de fabriquer, d’utiliser, d’offrir à vendre ou de vendre l’invention aux États-Unis ou d’importer l’invention aux États-Unis», ainsi que sur ses territoires et ses biens pour lesquels 20 ans à compter de la date du dépôt de la demande de brevet aux États-Unis ou, si la demande contient une référence spécifique à une demande déposée antérieurement sous 35 US

La nature exacte du droit conféré doit être soigneusement distinguée, et la clé se trouve dans les mots “droit d’exclure” dans la phrase que je viens de citer. Le brevet ne confère pas le droit de fabriquer, d’utiliser, d’offrir à vendre, de vendre ou d’importer l’invention, mais seulement le caractère exclusif de ce droit. Toute personne est généralement libre de fabriquer, d’utiliser, de mettre en vente, de vendre ou d’importer tout ce qui lui plaît, et une subvention du gouvernement n’est pas nécessaire. Le brevet confère uniquement le droit d’empêcher des tiers de fabriquer, d’utiliser, de mettre en vente, de vendre ou d’importer l’invention. Étant donné que le brevet ne confère pas le droit de fabriquer, d’utiliser, d’offrir à la vente, de vendre ou d’importer l’invention, le droit du titulaire du brevet de le faire dépend des droits d’autrui et de la législation générale applicable. Un breveté,

L’inventeur d’une automobile neuve qui a obtenu un brevet n’est pas autorisé à utiliser l’automobile brevetée en violation des lois d’un État requérant une licence, ni le breveté peut vendre un article dont la vente peut être interdite loi, simplement parce qu’un brevet a été obtenu.

Le breveté ne peut pas non plus fabriquer, utiliser, mettre en vente, vendre ou importer sa propre invention si cela enfreignait les droits antérieurs d’autrui. Un breveté ne peut enfreindre les lois fédérales antitrust, notamment en concluant des accords de prix de revente ou en combinant des restrictions commerciales, ou les lois pures relatives aux aliments et aux drogues, en vertu de la possession d’un brevet. Normalement, rien n’interdit au breveté de fabriquer, d’utiliser, de mettre en vente, de vendre ou d’importer sa propre invention, à moins qu’il ne viole de ce fait le brevet d’un autre qui est toujours en vigueur. Par exemple, un brevet pour une amélioration d’un dispositif original déjà breveté serait sujet au brevet sur le dispositif.

La durée du brevet est généralement de 20 ans à compter de la date à laquelle la demande de brevet a été déposée aux États-Unis ou, si la demande contient une référence spécifique à une demande déposée antérieurement selon les normes 35 USC 120, 121 ou 365 (c ), à compter de la date de dépôt de la demande la plus ancienne, sous réserve du paiement des taxes de maintien prévues par la loi. Une taxe de maintien est due 3,5, 7,5 et 11,5 ans après la délivrance initiale pour tous les brevets issus des demandes déposées à compter du 12 décembre 1980. La taxe de maintien doit être acquittée aux dates stipulées pour que le brevet soit en vigueur. Après l’expiration du brevet, toute personne peut fabriquer, utiliser, mettre en vente, vendre ou importer l’invention sans l’autorisation du titulaire du brevet, à condition que les éléments couverts par d’autres brevets non expirés ne soient pas utilisés.

Frais d’entretien

Tous les brevets d’utilité émanant de demandes déposées à compter du 12 décembre 1980 sont soumis au paiement de taxes de maintien, qui doivent être acquittées pour que le brevet soit en vigueur. Ces taxes sont dues au bout de 3,5, 7,5 et 11,5 ans à compter de la date à laquelle le brevet est délivré et peuvent être payées sans surtaxe pendant la «fenêtre d’évaluation», qui correspond à la période de six mois précédant chaque échéance, par exemple trois à trois ans. ans et six mois. (Voir le barème des taxes pour une liste des taxes de maintenance.) Lors de la soumission des taxes de maintenance et des surtaxes nécessaires, l’identification des brevets pour lesquels des taxes de maintenance sont payées doit inclure le numéro du brevet et le numéro de la demande de brevet américain les frais de maintenance sont payés. Si le paiement ne comprend que l’identification du numéro de brevet, l’office peut appliquer le paiement au brevet identifié par son numéro de brevet ou l’office peut renvoyer le paiement. (Voir 37, Code of Federal Regulations, section 1.366 (c).)

Le non-paiement de la taxe de maintenance actuelle dans les délais peut entraîner l’expiration du brevet. Un délai de grâce de six mois est prévu lorsque la taxe de maintien peut être payée avec un supplément. La période de grâce est la période de six mois qui suit immédiatement la date d’échéance. L’USPTO n’envoie pas d’avis aux propriétaires de brevets l’informant que des taxes de maintenance sont dues. Si, toutefois, la taxe de maintenance n’est pas payée à temps, des efforts sont faits pour rappeler à la partie responsable que la taxe de maintenance peut être payée pendant la période de grâce avec un supplément. Si la taxe de maintenance n’est pas payée à temps et que la taxe de maintenance et la surtaxe ne sont pas payées pendant le délai de grâce, le brevet expire à la date à laquelle le délai de grâce prend fin.

Correction des brevets

Une fois le brevet délivré, il ne relève pas de la juridiction de l’USPTO, à quelques égards. L’office peut délivrer gratuitement un certificat corrigeant une erreur d’écriture qu’il a commise dans le brevet lorsque le brevet imprimé ne correspond pas à son dossier. Ce sont principalement des corrections d’erreurs typographiques faites lors de l’impression. Certaines erreurs mineures de nature typographique commises par le déposant peuvent être corrigées par un certificat de correction contre paiement de frais. Le titulaire du brevet peut renoncer à une ou plusieurs revendications de son brevet en déposant auprès de l’office un disclaimer au sens de la loi (35 USC 253).

Lorsque le brevet est défectueux à certains égards, la loi prévoit que le titulaire du brevet peut demander une nouvelle délivrance du brevet. Après un examen au cours duquel les modifications proposées corrigeant les défauts du brevet initial sont évaluées, un nouveau brevet serait délivré pour remplacer le brevet original et n’est accordé que pour le reste de la durée non expirée. Cependant, la nature des changements pouvant être apportés au moyen de la réédition est plutôt limitée; nouvelle matière ne peut pas être ajouté. Dans un type de procédure différent, toute personne peut déposer une requête en réexamen d’un brevet, ainsi que les taxes requises, sur la base de l’état de la technique constitué de brevets ou de publications imprimées. À l’issue de la procédure de réexamen, un certificat exposant les résultats de la procédure de réexamen est délivré.

Cessions et licences

Un brevet est un bien personnel et peut être vendu à des tiers ou hypothéqué; il peut être légué par testament; et il peut passer aux héritiers d’un breveté décédé. La loi sur les brevets prévoit la cession ou la vente d’un brevet ou d’une demande de brevet par un instrument écrit. Un tel instrument est appelé une cession et peut transférer la totalité de l’intérêt dans le brevet. Le cessionnaire, lorsque le brevet lui est cédé, en devient le titulaire et dispose des mêmes droits que le titulaire du brevet initial.

La loi prévoit également la cession d’un intérêt partiel, c’est-à-dire d’un demi-intérêt, d’un quatrième intérêt, etc., dans un brevet. Il peut également y avoir une subvention qui présente le même caractère d’intérêt qu’une cession, mais seulement pour une partie des États-Unis spécifiée. Une hypothèque de propriété brevetée en laisse la propriété au créancier hypothécaire ou au prêteur jusqu’à ce que l’hypothèque soit satisfaite et que le créancier soit rétrocédé au créancier hypothécaire, l’emprunteur. Une cession conditionnelle passe également à la propriété du brevet et est considérée comme absolue jusqu’à son annulation par les parties ou par un jugement d’un tribunal compétent.

La cession, la concession ou la cession de tout brevet ou de toute demande de brevet devrait faire l’objet d’un accusé de réception devant un notaire ou un responsable habilité à faire prêter serment ou à accomplir des actes notariés. Le certificat de cette reconnaissance constitue une preuve prima facie de l’exécution de la cession, de l’octroi ou du transfert.

Enregistrement des assignations

Le Bureau enregistre les assignations, les subventions et les instruments similaires qui lui sont envoyés pour enregistrement, et cet enregistrement sert d’avis. Si une cession, une concession ou la cession d’un brevet ou un intérêt dans un brevet (ou une demande de brevet) n’est pas enregistrée auprès de l’office dans un délai de trois mois à compter de sa date, elle est nulle et non avenue contre un acheteur ultérieur. , sauf s’il est enregistré avant l’achat ultérieur.

Un instrument relatif à un brevet doit identifier le brevet par son numéro et sa date (le nom de l’inventeur et le titre de l’invention tels qu’ils sont énoncés dans le brevet doivent également être indiqués). Un instrument relatif à une demande devrait indiquer la demande par son numéro et sa date de dépôt, le nom de l’inventeur et le titre de l’invention tels qu’indiqués dans la demande. Parfois, une cession d’une demande est exécutée au moment de la préparation de la demande et avant son dépôt auprès de l’office. Cette cession doit permettre d’identifier de manière adéquate l’application, par sa date d’exécution, le nom de l’inventeur et le titre de l’invention, de sorte qu’il ne puisse y avoir aucune erreur quant à l’application envisagée. Si une demande a été cédée et que la cession a été enregistrée ou déposée aux fins d’inscription, le brevet sera délivré au cessionnaire en tant que propriétaire si le nom du cessionnaire est fourni lors du paiement de la taxe de délivrance et si le brevet doit être délivré au cessionnaire. Si la cession n’a qu’un intérêt partiel, le brevet sera délivré à l’inventeur et au cessionnaire en tant que copropriétaires.

Possession commune

Les brevets peuvent être détenus conjointement par deux personnes ou plus, comme dans le cas d’un brevet accordé à des co-inventeurs ou dans le cas de la cession d’un intérêt partiel dans un brevet. Tout copropriétaire d’un brevet, quelle que soit sa part, peut fabriquer, utiliser, proposer à la vente et vendre et importer l’invention à son propre profit, à condition de ne pas porter atteinte aux droits de brevet d’autrui, sans égard pour les autres propriétaires. , et peut vendre tout ou partie de l’intérêt ou concéder des licences à d’autres, sans tenir compte de l’autre copropriétaire, à moins que les copropriétaires n’aient conclu un contrat régissant leurs relations réciproques. Il est donc dangereux de céder un intérêt partiel sans un accord définitif entre les parties quant à l’étendue de leurs droits respectifs et à leurs obligations réciproques si l’on veut éviter le résultat ci-dessus.

Le titulaire d’un brevet peut concéder des licences à des tiers. Étant donné que le titulaire du brevet a le droit d’exclure d’autres personnes de la fabrication, de l’utilisation, de la mise en vente, de la vente ou de l’importation de l’invention, personne d’autre ne peut faire l’une de ces choses sans sa permission.

Un contrat de licence de brevet n’est en substance rien de plus qu’une promesse du concédant de ne pas poursuivre le preneur de licence en justice. Aucune forme de licence particulière n’est requise; une licence est un contrat et peut comprendre ce que les dispositions les parties conviennent, y compris le paiement des redevances, etc .

La rédaction d’un contrat de licence (ainsi que de cessions) relève du domaine de la profession d’avocat. Un tel avocat devrait également être familiarisé avec les questions de brevets. Quelques États ont prescrit certaines formalités à respecter lors de la vente des droits de brevet.

Violation de brevets

La contrefaçon d’un brevet comprend la fabrication, l’utilisation, la mise en vente ou la vente non autorisée d’une invention brevetée aux États-Unis ou dans les territoires des États-Unis, ou l’importation d’une invention brevetée aux États-Unis pendant la durée du brevet. En cas de violation du brevet, le titulaire du brevet peut intenter une action en réparation devant le tribunal fédéral compétent. Le titulaire du brevet peut demander au tribunal une injonction afin d’empêcher la poursuite de l’infraction et peut également demander au tribunal d’accorder des dommages et intérêts en raison de l’infraction. Dans une telle action en contrefaçon, le défendeur peut soulever la question de la validité du brevet, qui est ensuite tranchée par le tribunal. Le défendeur peut également affirmer que ce qui est fait ne constitue pas une infraction. La contrefaçon est déterminée principalement par le langage des revendications du brevet et,

Les poursuites pour violation de brevets sont conformes aux règles de procédure des tribunaux fédéraux. La décision du tribunal de district prévoit un recours devant la Cour d’appel du circuit fédéral. La Cour suprême peut par la suite prendre une affaire par bref de certiorari. Si le gouvernement des États-Unis enfreint un brevet, le titulaire du brevet dispose d’un recours en réparation devant le Tribunal fédéral des réclamations. Le gouvernement peut utiliser une invention brevetée sans l’autorisation du titulaire du brevet, mais celui-ci a le droit d’obtenir une compensation pour l’utilisation par ou pour le gouvernement. L’office n’a pas compétence pour connaître des questions relatives à la contrefaçon de brevets. Lors de l’examen des demandes de brevet, il n’est pas déterminé si l’invention que l’on cherche à breveter enfreint un brevet antérieur. Une invention d’amélioration peut être brevetable.

Marquage de brevets et brevets en instance

Un breveté qui fabrique ou vend des articles brevetés, ou une personne qui le fait pour ou sous le breveté est tenu de marquer les articles avec le mot “patent” et le numéro du brevet. La sanction pour défaut de marquage est que le titulaire du brevet ne peut obtenir de dommages-intérêts d’un contrefacteur, à moins que le contrevenant ait été dûment avisé de la violation et qu’il continue à le faire après la notification.

Le marquage d’un article comme breveté alors qu’il n’est pas breveté est contraire à la loi et expose le contrevenant à une sanction. Certaines personnes marquent les articles vendus avec les termes «Brevet demandé» ou «Brevet en instance». Ces expressions n’ont aucun effet juridique, mais indiquent uniquement qu’une demande de brevet a été déposée à l’USPTO. La protection conférée par un brevet ne commence pas avant la délivrance effective du brevet. La fausse utilisation de ces expressions ou de leurs équivalents est interdite.

Brevets de conception

Les lois sur les brevets prévoient la délivrance de brevets de dessin à toute personne qui a inventé un nouveau motif ornemental non évident pour un article manufacturé. Le brevet de dessin protège uniquement l’apparence d’un article, mais pas ses caractéristiques structurelles ou fonctionnelles. Les procédures relatives à la délivrance de brevets de dessin ou modèle sont les mêmes que celles concernant d’autres brevets, à quelques différences près. Voir le barème des taxes en vigueur pour la taxe de dépôt pour une demande de conception. Un brevet de dessin ou modèle délivré avant le 13 mai 2015 a une durée de 14 ans à compter de la date de délivrance et aucun droit n’est nécessaire pour le maintien du brevet. À compter du 13 mai 2015, la durée du brevet a été révisée à 15 ans à compter de la date d’octroi du brevet pour les brevets de dessin et modèles émanant à la fois de demandes de dessins ou modèles nationaux déposées en vertu du chapitre 16 et de demandes de dessins ou modèles internationaux désignant les États-Unis, et aucuns frais ne sont nécessaires pour maintenir un brevet de dessin ou modèle en vigueur. Si, à la suite d’un examen, il est déterminé qu’un déposant a droit à un brevet de dessin ou modèle en vertu de la loi, un avis d’allocation est envoyé au déposant ou à son mandataire, ou à son mandataire, demandant le paiement d’une taxe de délivrance. Le dessin du brevet de dessin ou modèle est conforme aux mêmes règles que les autres dessins, mais aucun caractère de référence n’est autorisé et le dessin doit en décrire clairement l’aspect, car il définit l’étendue de la protection par brevet.

La spécification d’une application de conception est courte et suit généralement une forme définie. Une seule revendication est autorisée, suivant un formulaire défini faisant référence au (x) dessin (s).

Brevets Végétaux

La loi prévoit également la délivrance d’un brevet à toute personne qui a inventé ou découvert et reproduit de manière asexuée toute variété distincte et nouvelle de plante, y compris les plantes cultivées, les mutants, les hybrides et les jeunes plants, à l’exception des plante trouvée dans un état non cultivé.

Les plantes à multiplication asexuée sont celles qui sont reproduites par des moyens autres que les graines, telles que l’enracinement des boutures, la superposition, le bourgeonnement, la greffe, la greffe, etc.

En ce qui concerne les plantes multipliées par des tubercules, pour lesquelles un brevet ne peut pas être obtenu, le terme “tubercule” est utilisé dans son sens horticole étroit pour désigner une partie courte et épaissie d’une branche souterraine. Les plantes couvertes par le terme «multiplié par les tubercules» sont la pomme de terre d’Irlande et le topinambour.

Une demande de brevet de plante comprend les mêmes parties que d’autres applications. La durée d’un brevet végétal est de 20 ans à compter de la date à laquelle la demande de brevet a été déposée aux États-Unis ou, si la demande contient une référence spécifique à une demande déposée antérieurement selon les normes 35 USC 120, 121 ou 365 (c ), à compter de la date à laquelle la première demande a été déposée.

Le cahier des charges devrait comporter une description détaillée complète de la plante et de ses caractéristiques qui la distinguent des variétés apparentées connues, ainsi que de ses antécédents, exprimés en termes botaniques sous la forme générale suivie dans les manuels ou ouvrages de botanique standard traitant des variétés de la variété. type de plante impliqué (arbre à feuilles persistantes, dahlia, rosier, pommier, etc.), plutôt qu’une simple caractérisation non botanique, telle que celle que l’on trouve couramment dans les catalogues de pépinières ou de semences. Le mémoire descriptif devrait également inclure l’origine ou la filiation de la variété végétale que l’on cherche à breveter et doit en particulier indiquer où et de quelle manière la variété végétale a été reproduite de manière asexuée. Le nom latin du genre et de l’espèce de la plante doit être indiqué. Lorsque la couleur est une caractéristique distinctive de la plante, la couleur doit être identifiée positivement dans la spécification en se référant à une couleur désignée donnée par un dictionnaire de couleurs reconnu. Lorsque la variété végétale est originaire d’un semis récemment trouvé, le cahier des charges doit décrire de manière exhaustive les conditions (culture, environnement, etc.) dans lesquelles le semis a été trouvé en croissance afin d’établir qu’il n’a pas été trouvé dans un état non cultivé.

Un brevet de plante est accordé sur la plante entière. Il s’ensuit donc qu’une seule demande est nécessaire et qu’une seule est autorisée.

Le serment ou la déclaration requis du déposant, en plus des déclarations requises pour les autres demandes, doit inclure la déclaration selon laquelle le déposant a reproduit de manière asexuée la nouvelle variété végétale. Si la plante est une plante nouvellement trouvée, le serment ou la déclaration doit également indiquer que la plante a été trouvée dans une zone cultivée.

Les dessins de brevets de plantes ne sont pas des dessins mécaniques et doivent être exécutés avec art et compétence. Le dessin doit révéler toutes les caractéristiques distinctives de l’usine pouvant être visualisées. Lorsque la couleur est une caractéristique distinctive de la nouvelle variété, le dessin doit être en couleur. Deux copies de dessins en couleur doivent être soumises. Tous les dessins en couleur doivent comporter une marge d’un pouce en haut pour les marquages ​​Office lors de l’impression du brevet .

Les spécimens de la variété végétale, de sa fleur ou de son fruit, ne doivent pas être soumis sauf demande expresse de l’examinateur.

La taxe de dépôt sur chaque demande d’installation et la taxe d’émission figurent dans le barème des taxes. Pour une petite entité éligible, la plupart des frais sont réduits de moitié. 35 USC 41 (h) (1). Les demandes de brevet de plante peuvent être publiées en vertu du titre 35 des États-Unis, section 122 b), mais la taxe de publication n’est pas réduite pour les petites entités.

Une demande de brevet de plante est le seul type de demande de brevet déposé auprès de l’USPTO dont le dépôt par EFS-Web n’est pas autorisé.

Toutes les demandes concernant les brevets de plante et les demandes de brevet de plante en instance doivent être adressées à l’Office des brevets et des marques des États-Unis et non au ministère de l’Agriculture.

La Loi sur la protection des variétés végétales (loi publique n ° 91577), approuvée le 24 décembre 1970, prévoit un système de protection des variétés reproduites sexuellement, pour lequel aucune protection n’était précédemment fournie, sous l’administration d’un Office de la protection des variétés végétales au sein du Département de l’agriculture. . Les demandes d’informations concernant la protection des variétés reproduites sexuellement doivent être adressées au Commissaire, Bureau de la protection des obtentions végétales, Service de la commercialisation agricole, Bâtiment de la Bibliothèque nationale de l’agriculture, salle 0, 10301, boul. Baltimore, Beltsville, MD, 20705-2351.

Traités et brevets étrangers

Étant donné que les droits conférés par un brevet américain ne couvrent que l’ensemble du territoire des États-Unis et sont sans effet dans un pays étranger, un inventeur qui souhaite bénéficier d’une protection par brevet dans d’autres pays doit faire une demande de brevet dans chacun des autres pays ou dans un brevet régional. des bureaux. Presque tous les pays ont leur propre loi sur les brevets, et toute personne désirant un brevet dans un pays donné doit faire une demande de brevet dans ce pays, conformément aux exigences de ce pays.

Les lois de nombreux pays diffèrent à divers égards de la loi sur les brevets des États-Unis. Dans la plupart des pays étrangers, la publication de l’invention avant la date de la demande empêchera le droit à un brevet. La plupart des pays étrangers exigent que l’invention brevetée soit fabriquée dans ce pays après un certain délai, généralement trois ans. S’il n’y a pas de fabrication dans ce délai, le brevet peut être annulé dans certains pays, bien que dans la plupart des pays, le brevet puisse être soumis à l’octroi de licences obligatoires à toute personne pouvant demander une licence.

Il existe un traité relatif aux brevets auquel adhèrent 176 pays (au moment de l’impression), y compris les États-Unis, connu sous le nom de Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle. Il stipule que chaque pays garantit aux citoyens des autres pays les mêmes droits en matière de brevets et de marques de fabrique que ses propres citoyens. Le traité prévoit également le droit de priorité dans le cas des brevets, des marques et des dessins et modèles industriels (brevets de dessin). Ce droit signifie que, sur la base d’une première demande régulière déposée dans l’un des pays membres, le déposant peut, dans un certain délai, demander à bénéficier de la protection dans tous les autres pays membres. Ces dernières demandes seront alors considérées comme si elles avaient été déposées le même jour que la première demande. Ainsi, ces derniers demandeurs auront la priorité sur les demandes de la même invention qui ont pu être déposées au cours de la même période par d’autres personnes. En outre, ces applications ultérieures, basées sur la première application, ne seront invalidées par aucun acte accompli dans l’intervalle, tel que, par exemple, la publication ou l’exploitation de l’invention, la vente de copies du dessin ou l’utilisation des marque déposée. Le délai mentionné ci-dessus, dans lequel les demandes ultérieures peuvent être déposées dans les autres pays, est de 12 mois pour les premières demandes de brevet et de six mois pour les dessins et modèles industriels et les marques. étant fondé sur la première demande, aucun acte accompli dans l’intervalle, tel que la publication ou l’exploitation de l’invention, la vente de copies du dessin ou l’utilisation de la marque, ne sera invalidé. Le délai mentionné ci-dessus, dans lequel les demandes ultérieures peuvent être déposées dans les autres pays, est de 12 mois pour les premières demandes de brevet et de six mois pour les dessins et modèles industriels et les marques. étant fondé sur la première demande, aucun acte accompli dans l’intervalle, tel que la publication ou l’exploitation de l’invention, la vente de copies du dessin ou l’utilisation de la marque, ne sera invalidé. Le délai mentionné ci-dessus, dans lequel les demandes ultérieures peuvent être déposées dans les autres pays, est de 12 mois pour les premières demandes de brevet et de six mois pour les dessins et modèles industriels et les marques.

Un autre traité, connu sous le nom de Traité de coopération en matière de brevets, a été négocié lors d’une conférence diplomatique à Washington DC en juin 1970. Le traité est entré en vigueur le 24 janvier 1978 et est actuellement (à compter de 2014) adhéré à plus de 148 pays. y compris les États-Unis. Le traité facilite le dépôt de demandes de brevet sur la même invention dans les pays membres en prévoyant, entre autres, des procédures de dépôt centralisées et un format de demande normalisé.

Le dépôt ponctuel d’une demande internationale donne aux déposants une date de dépôt international dans chaque pays désigné dans la demande internationale et prévoit (1) une recherche de l’invention et (2) un délai ultérieur dans lequel les demandes de brevet nationales doivent être déposées. classé. Un certain nombre d’avocats spécialisés en brevets sont spécialisés dans l’obtention de brevets dans des pays étrangers.

En vertu de la législation américaine, il est nécessaire, dans le cas d’inventions réalisées aux États-Unis, d’obtenir une licence du directeur de l’USPTO avant de demander un brevet dans un pays étranger. Une telle licence est requise si la demande étrangère doit être déposée avant le dépôt de la demande aux États-Unis ou avant l’expiration d’un délai de six mois à compter du dépôt de la demande aux États-Unis, à moins qu’un récépissé de dépôt avec une licence octroyée antérieurement. Le dépôt d’une demande de brevet américain constitue la demande de licence et son acceptation ou son refus est indiqué dans le récépissé du dépôt envoyé à chaque déposant. Six mois après le dépôt par les États-Unis, une licence n’est plus nécessaire, à moins que l’invention ne soit tenue secrète. Si l’invention a été ordonnée de rester secrète,

Demandeurs étrangers de brevets américains

Les lois américaines sur les brevets ne font aucune discrimination en ce qui concerne la citoyenneté de l’inventeur. Tout inventeur, quelle que soit sa nationalité, peut demander un brevet au même titre qu’un citoyen américain. Il existe cependant un certain nombre de points particuliers présentant un intérêt particulier pour les candidats situés dans des pays étrangers.

La demande de brevet aux États-Unis doit être faite par l’inventeur et l’inventeur doit signer le serment ou la déclaration (à quelques exceptions près) qui diffère de la loi dans de nombreux pays où la signature de l’inventeur et le serment d’inventeur ne sont pas nécessaires. . Si l’inventeur est décédé, la demande peut être présentée par son exécuteur testamentaire ou son administrateur, ou par un équivalent, et en cas de déficience intellectuelle, par son représentant légal (tuteur).

Aucun brevet américain ne peut être obtenu si l’invention a été brevetée à l’étranger avant d’être déposée aux États-Unis par l’inventeur ou ses représentants légaux si la demande étrangère a été déposée plus de 12 mois avant le dépôt aux États-Unis. Six mois sont autorisés pour les dessins. 35 USC 172.

Une demande de brevet déposée aux États-Unis par une personne qui a déjà régulièrement déposé une demande de brevet pour la même invention dans un pays étranger qui offre des privilèges similaires aux citoyens des États-Unis a la même force et le même effet pour vaincre des actes intermédiaires de tiers comme s’il avait été déposé aux États-Unis à la date à laquelle la demande de brevet pour la même invention a été déposée pour la première fois dans ce pays étranger. C’est le cas, à condition que la demande soit déposée aux États-Unis dans les 12 mois (six mois s’il s’agit d’un brevet de dessin ou modèle), à ​​compter de la date à laquelle la demande étrangère a été déposée au plus tôt et revendique une priorité selon 35 USC 119 (b). à la demande étrangère.

Si une demande de brevet a été déposée dans un pays étranger par le déposant ou par ses représentants légaux ou ses ayants droit avant sa demande aux États-Unis, afin de revendiquer une priorité en vertu de l’article 35 USC 119 (b) demande, le déposant doit, dans le serment ou la déclaration accompagnant la demande, indiquer le pays dans lequel la demande la plus ancienne a été déposée, en précisant la date de dépôt de la demande. Si une priorité étrangère est revendiquée, toute demande étrangère dont la date de dépôt est antérieure à celle de la demande pour laquelle la priorité est revendiquée doit également être identifiée dans le serment ou la déclaration. Lorsque la demande américaine ne contient aucune revendication de priorité étrangère inférieure à 35 USC 119 (b),

Un serment ou bien une déclaration doit être faite pour chaque demande. Lorsque le déposant se trouve à l’étranger, le serment ou l’affirmation de serment peut être présenté devant tout officier diplomatique ou consulaire des États-Unis, ou devant tout officier portant le cachet officiel et autorisé à faire prêter serment dans le pays étranger, dont l’autorité sera prouvée par certificat d’un agent diplomatique ou consulaire des États-Unis. Le serment est attesté dans tous les cas par le sceau officiel de l’agent devant lequel le serment est prêté.

Lorsque le serment est prêté devant un officier du pays étranger aux États-Unis, tous les documents de la demande (à l’exception du dessin) doivent être joints ensemble et un ruban doit être passé une ou plusieurs fois à travers toutes les feuilles de la demande et les extrémités du document. les rubans réunis sous le sceau avant que celui-ci ne soit apposé et imprimé, ou chaque feuille doit être frappée du sceau officiel de l’officier devant qui le serment a été prêté. Une déclaration nécessite simplement l’utilisation d’une moyenne spécifique trouvée dans 37 CFR 1.68.

Si la demande est déposée par le représentant légal (exécuteur testamentaire, administrateur, etc.) d’un inventeur décédé, le représentant légal doit prêter serment ou faire une déclaration. Lorsqu’une déclaration est utilisée, la procédure de rubanage n’est pas nécessaire, pas plus qu’il n’est nécessaire de se présenter devant un fonctionnaire dans le cadre de la déclaration.

Un déposant étranger peut être représenté par un conseil en brevets ou un agent autorisé à exercer auprès de l’Office des brevets et des marques des États-Unis.